René Barsalo, créateur-chercheur en téléprésence scénique, Olivier Brière, coordonnateur à la Corporation de développement socioéconomique de Saint-Camille, et Philippe Pagé, nouveau maire de Saint-Camille et président du P’tit bonheur, se réjouissent de l’arrivée de l’internet haute vitesse dans la municipalité, permettant ainsi à la salle de spectacles de rejoindre le programme Scènes ouvertes.

La haute vitesse arrive à Saint-Camille

Le P’tit Bonheur de Saint-Camille et le Camillois sont maintenant branchés à l’internet haute vitesse, ce qui leur a permis de rejoindre Scènes ouvertes, un projet de la Société des arts technologiques de Montréal (SAT).

Le programme permet la mise en réseau de 19 salles de spectacles au Québec grâce à des équipements de téléprésence. Plusieurs applications découleront de ce projet, dont la diffusion en direct de spectacles à travers le réseau.

« Nous avons pu tester les équipements lors du colloque sur la culture et la santé des communautés au début du mois. Nous étions 150 personnes au Camillois en direct avec une cinquantaine d’intervenants qui pouvaient réagir en temps réel. C’est plus qu’un Skype géant, c’est une technologie à la fine pointe. Il n’y a pas de coupure, pas d’interférence », explique Philippe Pagé, président du P’tit bonheur et nouveau maire élu sans opposition de Saint-Camille.

Désirant ardemment participer au projet de la SAT, la municipalité de Saint-Camille a profité de l’occasion pour développer une collaboration avec Câble Axion afin de se doter de l’internet à haut débit. Au total, treize partenaires locaux et économiques ont permis la concrétisation du projet.

« Pour l’instant, seuls le P’tit bonheur et le Camillois sont branchés, mais dans l’avenir, les résidences, les commerces et les entreprises rurales en bénéficieront », souligne M. Pagé.

Notons que pour l’internet haute vitesse et Scènes ouvertes, on parle d’investissement avoisinant les 64 000 $.

Série télé

Les technologies de l’information sont en plein essor à Saint-Camille. Une série télévisée qui sera diffusée en 2018 à Radio-Canada a d’ailleurs été entièrement réalisée dans le village par une entreprise du coin : les Productions du Treizième. Vite pas vite englobe expériences scientifiques, décorticage du mouvement et apprentissage de techniques de tournage télévisuel en compagnie d’élèves de 5e année du primaire.

« Un accès internet fiable et de qualité est désormais incontournable. Aujourd’hui, nous amenons notre village à une autre étape de développement », estime Benoît Bourassa, maire sortant de Saint-Camille et directeur du P’tit bonheur.

Notons que les Productions du Treizième avaient reçu 20 000 $ du Fonds de diversification de la MRC des Sources plus tôt cet été.