La directrice des finances de la Ville de Magog, Manon Courchesne, et la conseillère municipale Nathalie Bélanger ont présenté le budget de la Ville de Magog lundi.

La hausse de taxes dépasse 3 % à Magog

Plusieurs contribuables de Magog risquent de froncer les sourcils lorsqu’ils prendront connaissance du montant qu’ils devront payer en taxes municipales en 2018. La grande majorité des propriétaires de maison de cette ville seront confrontés à une hausse supérieure à 3 ou même 3,5 pour cent l’an prochain.

Se situant à 0,734 $ par tranche de 100 $ d’évaluation foncière, le taux de taxes applicable aux résidences passera à 0,763 $ en 2018. Et celui pour les immeubles de six logements et plus bondira de 0,783 à 0,814 $ par 100 $ d’évaluation.

La marche sera toutefois moins haute pour les propriétaires d’immeubles industriels puisque le taux pour cette catégorie de bâtiment, qui est actuellement de 2,614 $ par 100 $ d’évaluation, se fixera à 2,719 $ durant le prochain exercice financier.

En ce qui concerne les tarifs, les citoyens habitant dans les zones non desservies par l’aqueduc et les égouts ne verront aucune différence en 2018. Ceux résidant dans le noyau urbain, par contre, débourseront 5 $ de plus pour l’aqueduc et 14 $ de plus pour le réseau d’égout.

Ainsi, le propriétaire d’une maison de 256 764 $, la valeur moyenne d’une résidence à Magog, paiera 2511 $ en taxes municipales l’an prochain. Il s’agit d’une hausse de 93 $, ou de 3,85 pour cent, si on compare avec le montant déboursé en 2017 par le même contribuable.

Le propriétaire d’une maison de valeur identique construite en zone « non desservie » recevra pour sa part une facture de 2219 $, pour une hausse de 74 $ en comparaison avec le montant réclamé en 2017.

Le budget 2018 de la Ville de Magog prévoit des dépenses totalisant 54 205 700 $ alors que la municipalité a planifié dépenser 51 792 100 $ durant l’année en cours. L’augmentation de la masse salariale de la municipalité explique en partie la hausse observée.

Deux raisons principales

Invitée à expliquer la situation, la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, a pointé la restructuration récemment réalisée au service de protection contre les incendies de la Ville ainsi qu’un contrat de déneigement dont le coût a largement dépassé les prévisions.

Ainsi, l’embauche de pompiers à temps plein pour améliorer l’efficacité du service de protection incendie forcera la municipalité à débourser une somme supplémentaire de 1,5 million $ en 2018.

Quant au contrat de déneigement en cause, il concerne les stationnements et les trottoirs des secteurs d’Omerville et de Venise. La municipalité évoque dans ce cas une hausse 452 500 $.

« C’est certain que de voir des augmentations de taxes semblables chez nous, ce n’est pas plaisant, admet la mairesse de Magog, Vicki-May Hamm. Surtout qu’on est resté autour de l’inflation tous les ans durant les dernières années. »

Pour limiter les augmentations refilées aux contribuables, la Ville a sabré un montant de 450 000 $ dans ses dépenses. Elle a également décidé d’utiliser une partie plus importante des profits d’Hydro-Magog pour assumer ses obligations en 2018, et ce, comparativement à ce qui avait été prévu initialement.