Le policier Mathieu est allé à la rencontre de la finissante Korali Gaudreau à Magog, vendredi, pour souligner la fin des classes.
Le policier Mathieu est allé à la rencontre de la finissante Korali Gaudreau à Magog, vendredi, pour souligner la fin des classes.

La graduation en temps de pandémie

Comment faire en sorte qu’une finissante au secondaire sente pleinement qu’elle franchit une étape importante de son parcours académique en cette fin d’année scolaire 2019-2020? Difficile compte tenu de l’annulation des bals et autres festivités semblables. N’empêche, les parents de Korali Gaudreau ont trouvé une façon pour rendre la dernière visite de leur fille à l’école hors de l’ordinaire.

Hier après-midi, Korali Gaudreau et ses parents, Caroline Nault et Philippe Gaudreau, se sont rendus au Collège François-Delaplace, à Waterville, où l’adolescente étudiait. Ils ont récupéré sur place tout ce que contenait la chambre qu’occupait la finissante dans ce pensionnat.

Pour donner un peu de saveur à cette dernière visite au pensionnat, les parents de Korali ont notamment réussi à emprunter un Jeep Wrangler, un véhicule qu’adore l’adolescente, à un concessionnaire automobile de Magog. C’est à bord de ce véhicule qu’ils ont fait le dernier aller-retour entre Magog et le Collège François-Delaplace.

Revêtue de sa robe de bal, Korali a également reçu la visite du policier Mathieu Leblanc, de la Régie de police Memphrémagog, à son domicile avant de quitter pour le Collège François-Delaplace.

Pourquoi un policier? Tout simplement parce que l’adolescente rêve de devenir elle-même policière. «Je pense à ça depuis que je suis toute petite. Je suis vraiment contente de cette surprise aujourd’hui (vendredi)», lance-t-elle.

D’ailleurs, la finissante devait participer à un camp organisé par la Gendarmerie royale du Canada ce printemps à Régina. Mais cet événement a également été annulé.

Le policier Mathieu Leblanc est celui qui est allé saluer Korali. Il a discuté avec elle de son plan de carrière quelques instants à l’extérieur du domicile familial. Et il l’a invitée à le recontacter plus tard pour effectuer un stage d’une journée à ses côtés sur la route dans son autopatrouille.

«C’est la cerise sur le sundae d’avoir eu la visite d’un policier aujourd’hui. Je trouve que la Régie de police Memphrémagog a fait preuve d’une ouverture super par rapport à notre demande», confie Caroline Nault.

Korali a été d’autant plus déçue de l’annulation de son bal de fin d’année qu’elle appartenait au comité responsable de son organisation. «Tout ce qui a été annulé avec la pandémie, ça m’a donné un choc», déclare-t-elle.