La Coalition de citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic a profité de la Semaine de la sécurité ferroviaire au Canada pour lancer officiellement sa Fondation sécurité ferroviaire Lac-Mégantic, qui est déjà opérationnelle. De g. à d., Robert Bellefleur, porte-parole, Gilles Fluet et Richard Poirier, deux membres actifs de la Coalition.

La Fondation sécurité ferroviaire opérationnelle à Lac-Mégantic

La Coalition de citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic met sur pied une fondation afin de soutenir stratégiquement et financièrement des groupes de citoyens dans des actions qu’ils mènent « pour la défense de leur droit à la pleine sécurité et à l’obtention de meilleures conditions de vie.

« Depuis six ans que nous menons des actions à nos frais pour la cause de la sécurité ferroviaire, ici à Lac-Mégantic. Nous pensons qu’il est temps pour nous d’obtenir de l’aide, surtout que nous nous réjouissons que des groupes, ailleurs qu’à Lac-Mégantic, se mettent sur pied, comme celui de Deauville-Magog, sous la gouverne d’Anne Lebel et Isabelle Dionne, qui montent au front. Notre Fondation aidera tout groupe qui se sentira menacé au niveau de sa sécurité et qui va travailler avec nous à améliorer sa qualité de vie à proximité de la voie ferrée », a spécifié Robert Bellefleur, en conférence de presse.

« Nous sommes rendus à l’étape où les citoyens doivent assurer la sécurité ferroviaire parce que le gouvernement ne le fait pas. Transports Canada manque de rigueur, ne fonctionnant que par des inspections au hasard, par visites aléatoires, souvent sur papier seulement. »


« Depuis six ans que nous menons des actions à nos frais pour la cause de la sécurité ferroviaire, ici à Lac-Mégantic. Nous pensons qu’il est temps pour nous d’obtenir de l’aide. »
Robert Bellefleur

Durant la conférence de presse, M. Bellefleur a évoqué plusieurs sujets relatifs à l’incurie de Transports Canada, qui a été interpellé par l’Union des municipalités du Québec, entre autres. Il a rappelé les deux déraillements survenus à Nantes le 24 août dernier, et l’arrêté ministériel plutôt sommaire que le ministre Marc Garneau a par la suite fait parvenir à la CMQR, lui enjoignant de multiplier les inspections ultrasoniques et de réparer les 253 rails défectueux.

« Les fonds amassés ne serviront pas à payer des frais d’avocats qui risquent d’être élevés, seulement des frais connexes d’enregistrement, ou encore des frais de représentation pour des démarches ciblées », a énuméré M. Bellefleur. « Nous invitons les gens à visiter le site et à faire des dons pour nous appuyer dans nos démarches encore à venir. »

« Certains nous qualifient d’alarmistes quand ils nous regardent aller… Nous considérons que notre Coalition a joué un rôle important en dénonçant les manquements du gouvernement au chapitre de la sécurité ferroviaire. Il serait arrivé quoi comme autre catastrophe si la Coalition n’était pas intervenue après celle de Lac-Mégantic? » a questionné Richard Poirier, membre de la Coalition.