La Ville de Magog accordait 2000 $ pour l’organisation de chacun des deux rendez-vous annuels.

La Fête nationale et la Fête du Canada annulées à Magog

À moins d’un revirement, aucune célébration publique ne sera organisée à Magog pour la fête du Canada et la Fête nationale du Québec en 2019. La Ville avait lancé un appel de projets pour ces deux événements, mais elle n’a pas reçu la moindre proposition.

« Nous sommes dans l’obligation d’annoncer qu’il n’y aura malheureusement pas de Fête nationale ni de fête du Canada à Magog en 2019, si rien ne change. Je tiens toutefois à préciser que nous travaillons déjà sur le dossier afin que ces rassemblements soient de retour en 2020 », a déclaré le conseiller municipal Samuel Côté, président de la Commission des sports et de la vie communautaire de la Ville de Magog.

Depuis plusieurs années, l’organisation des deux événements était l’affaire d’un organisme à but non lucratif appelé Organisme d’événements culturels de Magog. Ses fondateurs étaient prêts à s’impliquer à nouveau, mais ils ont préféré s’abstenir de déposer un projet quand la Ville de Magog a décidé de procéder à un appel de propositions.


« Nous travaillons déjà sur le dossier afin que ces rassemblements soient de retour en 2020. »
Samuel Côté

« Nos demandes de subventions étaient faites. On allait à nouveau se charger de ces deux fêtes en 2019. Puis la Ville nous a tout à coup avisés qu’elle changeait son approche. Je n’ai pas compris. Son appel d’offres n’avait pas de bon sens : elle n’avait qu’un petit budget à offrir et on était tard dans la saison au moment de le lancer », indique Éric Éthier, qui était l’un des organisateurs des deux événements.

M. Éthier assure que le retrait des deux fêtes pour une année au moins, à Magog, « ne change rien à sa vie », mais il se déclare déçu pour les résidants.

Représentant le centre-ville, la conseillère municipale Nathalie Pelletier partage la déception de celui qui est également directeur des opérations de l’entreprise Média spec. « C’est malheureux, avoue-t-elle sans difficulté. C’était difficile de faire ces deux fêtes au centre-ville à cause des travaux qui s’amorcent alors on songeait à les déménager à la pointe Merry. On croyait qu’un site naturel serait plus propice. »

Mairesse de Magog, Vicki-May Hamm affirme pour sa part qu’il y avait de l’insatisfaction relativement à la Fête nationale et à la fête du Canada à Magog. « Ça faisait trois ou quatre ans que j’entendais des gens insatisfaits. On pensait donc faire des changements depuis un moment », confie-t-elle.

À ce sujet, Éric Éthier reconnaît que les deux rassemblements n’avaient pas le lustre qu’il aurait souhaité. « C’était mieux que rien. Nous, on faisait avec ce qu’on avait. Tout est cher lorsqu’on organise ce genre d’événement parce plein de fournisseurs sont sollicités par des tas d’organisateurs au même moment. C’était donc difficile de faire de grandes choses avec le petit budget accordé par la Ville », explique-t-il.

La mairesse laisse entendre que la question du budget mérite peut-être d’être examinée. Cependant, Vicki-May Hamm souligne que personne n’a fait de commentaire sur la contribution financière de la municipalité au moment de l’appel de projets. « Personne ne nous a dit qu’à ce prix-là il n’était pas intéressé », lance-t-elle.

La municipalité accordait 2000 $ pour l’organisation de chacun des deux rendez-vous annuels. Des subventions étaient aussi consenties par les gouvernements supérieurs.