La famille Lawrence en discussion avec le Mont-Ste-Anne

La famille Lawrence de Saint-Georges-de-Windsor a entrepris des pourparlers avec la direction de la station de ski du Mont-Sainte-Anne, près de Québec, où une tragédie dans les gondoles avait été évitée de peu.

Joint lundi pour obtenir des réactions sur les résultats de l’investigation sur la cause d’un arrêt d’urgence de la remontée mécanique, le 21 février dernier, Luc Lawrence a préféré ne pas commenter.

À LIRE AUSSI: Demande d’action collective pour les skieurs victimes de l’accident de gondoles

Reprise du service des télécabines à la station Mont-Sainte-Anne

Une famille estrienne frôle le drame au Mont-Saint-Anne

Plusieurs skieurs blessés dans les gondoles à Mont-Sainte-Anne

« Nous attendons », dit-il en entrevue téléphonique. « Nous allons voir ce qu’ils ont à proposer… »

La remontée mécanique a été rouverte juste à temps pour la relâche scolaire. C’est la Régie du bâtiment du Québec qui a autorisé la réouverture des télécabines.

Rappelons que la sortie de ski de la famille Lawrence avait failli tourner à la tragédie quand Luc Lawrence s’est retrouvé à l’extérieur d’une cabine qui vacillait dans tous les sens à cause d’un arrêt brusque des gondoles.

Sa conjointe Sheila Moffatt, ses enfants Bastien et Zacharie et trois autres personnes à l’intérieur de la cabine l’ont empêché de faire une chute qui aurait pu lui être fatale. 

À Radio-Canada, M. Lawrence, un travailleur autonome, a soutenu que le centre de ski semble se décharger de sa responsabilité, en mettant la « faute » à Hydro-Québec.

L’accident n’a pas été causé par un bris d’équipement, une intervention humaine ou une erreur opérationnelle, mais par « un événement indépendant, extérieur et imprévisible », ajoute la station récréotouristique dans un communiqué cité par Le Soleil.

Le frein d’urgence aurait ainsi été déclenché pour mettre à l’arrêt la télécabine après qu’une « variation de tension sur l’alimentation électrique en amont de la station a généré une décélération du moteur et une oscillation anormale du câble de la remontée ».


Vidéo Facebook