Des pompiers et des employés du ministère des Transports surveillaient de près le niveau de la rivière Eaton mercredi après-midi, après avoir évacué les 75 personnes habitantes directement sur les berges de cette dernière.

La Eaton menace à nouveau

La rivière Eaton menace de déborder une fois de plus dans le secteur de Cookshire-Eaton, où se situe une trentaine de maisons directement aux abords du cours d’eau.

L’hiver 2018 aura été mouvementé pour les 75 habitants de cette enclave, qui en sont déjà à leur deuxième avis d’évacuation en quelques semaines. Ils doivent maintenant se croiser les doigts et espérer que la rivière ne sorte pas de son lit cette fois-ci, d’importants amas de glace se trouvant encore éparpillés en amont et en aval de cette dernière. Une dizaine de pompiers et des employés du ministère des Transports ont passé la journée sur les lieux, occupés à surveiller les développements.

Lire aussi: L’heure est au nettoyage à Cookshire-Eaton

Les prochaines heures seront cruciales quant au sort de leurs demeures, explique le directeur régional de la sécurité civile et incendie pour la Montérégie et l’Estrie Jean-Sébastien Forest.

« Pour l’instant, la rivière n’a pas débordé dans le quartier résidentiel. Le débit d’eau augmente encore progressivement, mais le ruissellement devrait ralentir demain (jeudi) vers midi à cause du froid. Il y a des morcellements de glace sur 3,5 kilomètres, mais l’eau coule bien malgré tout. » Il précise que les occupants n’ont pu réintégrer leurs logements pour la nuit de mercredi et ont dû se réfugier chez des proches.

Évacuations préventives

L’évacuation des occupants de la trentaine de maisons situées sur la rue Eaton s’est faite de manière préventive, malgré les inquiétudes qui subsistent. « On a une échelle sous le pont qui nous indique le niveau d’eau et à quel moment on procède à l’évacuation. Contrairement au débordement du mois de janvier, le niveau de la rivière a augmenté à un rythme progressif, ce qui nous a permis de prendre de l’avance », a expliqué en après-midi mercredi Éric Cloutier, directeur de la sécurité publique pour Cookshire-Eaton. « On veut être sûr que si la rivière déborde durant la nuit, on ne sera pas obligé d’évacuer les résidants en panique. »

Un résidant du développement, Danny Yergeau, a vu son sous-sol être complètement inondé en quelques minutes lorsque la rivière était sortie de son lit en janvier et certains de ses voisins ont également subi des dégâts considérables. Il espère que mère Nature soit plus clémente cette fois-ci.

« Ça fait toujours peur quand on voit l’eau monter à la hauteur de nos terrains », confie l’homme qui a habité ce quartier toute sa vie. « Ça fait partie de la game, malgré qu’on est inquiet chaque fois qu’elle monte. Ce n’est pas pour rien qu’on a jamais fait finir notre sous-sol! » lance-t-il à la blague, assurant qu’il a appris sa leçon quant aux crues difficiles à prévoir de la rivière Eaton.