L’Institut du Nouveau Monde a sondé les Sherbrookois par rapport à la solidarité et l’équité intergénérationnelles.

La dévitalisation des régions au menu

La Conversation publique sur la solidarité et l’équité intergénérationnelles, organisée par l’Institut du Nouveau Monde, fait le tour des régions du Québec depuis l’automne. Mercredi, l’organisme est passé à Sherbrooke.

Le but de l’exercice est de recueillir les idées et les propositions sur quatre aspects, soit les milieux et qualité de vie, l’emploi et la retraite, les services et politiques publics et la participation citoyenne.

En Estrie, un sujet problématique est la dévitalisation des régions. À cause du manque de services, les étudiants doivent aller étudier dans en ville et les aînés doivent parfois quitter le domicile qu’ils ont habité toute leur vie. « Pour plusieurs petites municipalités, on parle de la proximité des services, comme les dépanneurs ou les caisses qui, petit à petit, disparaissent», relate la chargée de projet à l’Institut du Nouveau Monde, Claudia Beaudoin.

D’autres enjeux

Selon la chercheure sur le vieillissement, d’autres enjeux sont à débattre au Québec. « Je pense que la participation citoyenne est à travailler, quand on regarde le taux de vote des moins de 35 ans. Il faut participer plus », indique-t-elle.

Peu de ces jeunes de 35 ans et moins étaient présents autour de la table de la Conversation publique. C’est ce que constate l’étudiante à la maitrise en gérontologie Laïla Audette « Les jeunes se présentent peu. Ils gagneraient à voir la réalité des autres générations », confirme-t-elle.

Livre blanc

« À partir de tout ce qui aura été discuté, on fera une rédaction collective du livre blanc sur la solidarité et l’équité intergénérationnelles, reprend-elle. Pour s’assurer que tout le monde se sente bien représenté, on va organiser un grand sommet des générations à la fin du mois de novembre 2018 », explique Mme Beaudoin, ajoutant que le livre blanc devrait être publié au début de l’année 2019.

« Le livre blanc présentera un diagnostic des grands enjeux au Québec et des propositions claires et concrètes sur lesquelles le Québec devrait s’aligner pour prendre des décisions collectives qui répondront aux besoins de l’ensemble de la société et qui assureront une équité entre toutes les générations », espère Mme Beaudoin.