La culture biologique est de plus en plus utilisée dans les champs et la demande de produits augmente sans cesse.

La culture bio fait son entrée au Cégep

Le Cégep de Sherbrooke offrira un nouveau programme de gestion et technologies d’entreprise agricole dès janvier prochain à son campus de Coaticook.

En vogue depuis quelques années, la culture biologique est de plus en plus utilisée dans les champs et la demande de produits augmente sans cesse.

« Il y a un certain retour à la terre qui s’observe. Il y a de plus en plus de jeunes qui ne viennent pas du milieu agricole et qui s’intéresse à l’agriculture, explique Joëlle Guay, coordonnatrice du programme. Les jeunes ont des valeurs environnementales très fortes et, pour répondre à leurs besoins, on se devait d’adapter notre formation en fonction de ces nouveaux facteurs. »

En plus des produits de la terre, le programme offre un volet autour de la production animale. « On a décidé d’aller vers la pratique de l’agriculture raisonnée », précise-t-elle. « Le bien-être animal est mis de l’avant. On veut qu’ils soient élevés dans de grands espaces. »

Une serre bio


La coordonnatrice de programme explique qu’une serre entière sera dédiée à la production biologique. Un projet particulier retient l’attention : « Une parcelle sera utilisée pour cultiver des légumes biologiques qui seront transformés en soupe par les élèves et qui sera offerte à la Coop du Cégep de Sherbrooke. »

Les connaissances acquises par les étudiants qui ne désirent pas se lancer dans la culture biologique peuvent être réutilisées aisément. « Par exemple, le cours consacré à l’utilisation des biopesticides enseignera la technique, peu importe le type de pesticide utilisé par la suite. »

Mme Guay et les autres enseignants de son programme ont la cause environnementale à cœur.

« On a tous le pouce vert et on trouve que c’est important pour le futur de notre monde. C’est aussi pour cela qu’on a décidé d’inclure les procédés biologiques et les cultures émergentes au programme d’enseignement », résume-t-elle.