Malgré de nouveaux fonds consentis par le gouvernement du Québec, la Commission scolaire des Sommets (CSS) a adopté un budget déficitaire en vue de l’année 2018-2019.

La CS des Sommets adopte un budget déficitaire

Malgré de nouveaux fonds consentis par le gouvernement du Québec, la Commission scolaire des Sommets (CSS) a adopté un budget déficitaire en vue de l’année 2018-2019. Le personnel dans les écoles disposera toutefois de davantage de moyens pour favoriser la réussite des élèves.

Pour l’année 2017-2018, la CSS avait prévu dépenser 107 000 700 $. Elle anticipe cependant des dépenses de 111 600 024 et des revenus 110 900 024 $ pour la prochaine année.

En raison du déficit de 700 000 $ qui s’annonce, la CSS devra élaborer un « plan de redressement » afin de ramener ses finances à l’équilibre. « Cette année encore, nous avons de grands défis à relever », reconnaît le président de la CSS, Jean-Philippe Bachand.

Directrice générale de la commission scolaire, Édith Pelletier laisse entendre que ce sont les coûts de fonctionnement et d’administration de son organisation qui posent problème. « On nous donne plus d’argent pour les élèves, mais on ne nous facilite pas la vie en ce qui concerne la gestion du quotidien parce qu’il n’y a pas de réinjection d’argent dans ce domaine », affirme-t-elle.

Le taux de taxes scolaire sur le territoire de la CSS a été fixé à 0,1843 $ par tranche de 100 $ d’évaluation foncière. Toutes les commissions scolaires de l’Estrie présenteront désormais le même taux de taxation en raison d’une modification à la Loi sur l’instruction publique.

Notons également que la première tranche d’évaluation de 25 000 $ ne sera pas taxable, ce qui signifiera certaines économies pour les contribuables du territoire de la CSS.

Une série d’embauches ont été effectuées par la commission scolaire récemment afin d’améliorer les services aux élèves, notamment ceux présentant des handicaps. De plus, un million $ additionnel sera investi « pour répondre aux besoins » de la clientèle. Le quart de cette somme est reliée au nouveau « plan numérique ».