Construite il y a 120 ans, la résidence Connaught Home de North Hatley est en voie d’être démolie. Elle fera place à des appartements haut de gamme.
Construite il y a 120 ans, la résidence Connaught Home de North Hatley est en voie d’être démolie. Elle fera place à des appartements haut de gamme.

La Connaught Home n’est plus

North Hatley — La Maison Connaught, qui surplombait depuis 120 ans le pittoresque village de North Hatley, n’est plus. L’imposante résidence et sa série de colonnes en façade ont croulé sous le pic des démolisseurs en vue de faire place à des appartements haut de gamme dont l’architecture sera quasi identique à l’ancienne résidence.

Les travaux de démolition, entrepris avant la pandémie, ont repris au cours des derniers jours sur le promontoire situé à l’angle des rues Main et Sherbrooke, en plein cœur du célèbre village comptant 632 habitants. 

Le projet, qui avait soulevé la grogne parmi quelques citoyens en raison du caractère historique de la Maison Connaught, a obtenu tous les permis nécessaires à sa réalisation.

« C’est un beau projet qui met de la vie dans le village et qui va répondre aux besoins de plusieurs de nos concitoyens, affirme le maire de North Hatley, Michael Page, au sujet du projet de près de 7 M $, qui a reçu l’aval du conseil municipal en début d’année.

« Si le conseil a décidé d’accorder tous les permis aux promoteurs, c’est parce que le projet répondait à tous nos critères, souligne le maire. Beaucoup de nos résidents sont rendus à un âge où ils doivent vendre leur immense maison. Or, la plupart d’entre eux veulent continuer à habiter ici. Mais il n’y avait pas de place pour eux; ils devaient se résigner à quitter. Mais avec ce projet-là, ils peuvent rester et continuer de profiter de la qualité de vie que nous avons ici. »

Le projet, baptisé Le Connaught, comptera 25 appartements haut de gamme d’une superficie variant entre 800 et 1500 pieds carrés, dont le loyer variera entre 1300 $ et 2500 $. Les premiers locataires pourront s’y installer en mai 2021.

L’un des copropriétaires du projet, Éric D’Avignon, indique que Le Connaught a été conçu afin de répondre aux besoins d’une clientèle triée sur le volet. « On s’adresse à une clientèle de 50 ans et plus, qui est autonome et indépendante, souligne l’homme d’affaires. On s’attend à avoir des gens de North Hatley qui ont vendu leur maison, mais aussi des ‘weekenders’, qui habitent en ville, mais viendront passer les fins de semaine ici. »

Selon les données du recensement de 2016, les deux-tiers des citoyens de North Hatley sont âgés de 50 ans et plus.

Outre M. D’Avignon, qui est propriétaire du Centre de santé des Sommets de la rue King Est à Sherbrooke, le groupe d’investisseurs est composé de Robert Fortier, propriétaire du Domaine Orford; de François Poirier, propriétaire de l’édifice d’Emploi Québec, coin King Ouest et Dépôt; et du médecin Mario Soulard.

Face aux craintes que son projet continue de susciter parmi certains résidents de North Hatley, M. D’Avignon affirme que lui et ses partenaires sont tout aussi sensibilisés à la préservation du caractère historique de l’ancienne Connaught Home.

« On a prévu plein de choses pour mettre en valeur l’historique de Connaught Home. Il va y avoir des murales à l’intérieur qui vont rappeler l’importance du bâtiment pour North Hatley. Une plaque commémorative va être installée à l’extérieur que les passants pourront lire. »

Mais plus encore, M. D’Avignon insiste sur le fait que l’architecture de la nouvelle bâtisse sera un hommage à ce qui fut l’ancienne résidence du docteur Edgar Connaught, premier maire de North Hatley. « Les gens ne verront presque pas de différence entre la nouvelle et l’ancienne façade. La seule différence, c’est que la nouvelle façade sera plus près de la rue », précise M. D’Avignon

Il dit comprendre les craintes exprimées par certains citoyens. « Mais il faut comprendre que l’ancien bâtiment n’était pas réutilisable. On l’a bien vu pendant la démolition, c’était impensable de le garder et de le rénover. D’ailleurs, cela faisait trois ans que le bâtiment était vide; il s’était beaucoup détérioré. »