La chaleur d'octobre a fracassé un record de 1971

Après avoir connu un mois de septembre particulièrement chaud, la tendance s’est poursuivie en octobre en Estrie et à travers tout le Québec. Des records ont été établis.

Selon Environnement Canada, il a fait à Sherbrooke 12,1 degrés Celsius, alors que la normale se situe à 7,3 degrés. L’ancien record remontait à 1971. Cette chaleur s’est accompagnée de la présence des couleurs automnales qui sont demeurées dans le paysage un peu plus longtemps en Estrie.

Au chapitre des précipitations, il est tombé 128 millimètres de pluie durant le mois d’octobre, alors que la normale se situe à 106 millimètres.

Les différences de températures moyennes observées pour plusieurs régions de la province se situent entre 3 et 5 degrés Celsius au-dessus des normales pour le mois, ce qui est considérable. D’ailleurs, octobre 2017 aura été le mois le plus chaud jamais enregistré pour Montréal et Mont-Joli. Plusieurs autres régions terminèrent le mois tout près des valeurs record faisant souvent partie du top 3 des mois d’octobre les plus chauds observés.

Le portrait des quantités de précipitation n’est pas aussi simple que celui des températures, précise Environnement Canada. Bien que la grande majorité des régions du sud et du centre du Québec ait connu des accumulations de pluie légèrement au-dessus des valeurs de saison, deux régions distinctes se démarquent.

Tout d’abord, l’Outaouais termine le mois avec 50 à 100% (donc localement le double) de quantités de précipitations supérieures à la moyenne principalement dues aux derniers jours du mois. Les régions de Québec et de la Beauce se distinguent également avec des pluies atteignant plus du double des normales sur la majorité de leur territoire à la suite de la dernière semaine d’octobre très pluvieuse.

Le Témiscamingue, la Gaspésie et la Basse-Côte-Nord ont reçu entre 25 et 60% moins de pluie que la quantité de précipitation normale pour le mois d’octobre.

Pour novembre, les différentes simulations atmosphériques sont relativement en accord pour un mois avec des températures moyennes et des quantités de précipitation au-dessus des normales pour le sud du Québec, précise-t-on.