Journée Sépaq : achalandage surprenant au parc du Mont-Orford [PHOTOS]

Nombreux sont ceux qui ont décidé d’aller jouer dehors samedi. Le parc national du Mont-Orford a accueilli plus de 5000 personnes sur son territoire, dans le cadre de la journée Sépaq, où l’entrée sur le site, les activités et les équipements de locations étaient gratuits pour tous. Les fatbikes ont d’ailleurs volé la vedette. 

Il s’agissait d’une troisième édition pour le concept de la journée Sépaq, et nettement l’édition la plus réussie pour le Mont-Orford.

« C’est une édition assez surprenante, on s’attendait à voir beaucoup de monde, mais [samedi] on a eu une vague. Vers 11 heures, on était complets au stationnement. On a sollicité notre partenaire Orford Musique pour aller stationner les voitures de ce côté-là. Tout le monde unanimement nous a remerciés pour dire que c’était une belle journée. C’est l’édition la plus forte qu’on a vécue », a exprimé la directrice du parc national du Mont-Orford Brigitte Marchand.

La directrice assurait aussi que les visiteurs venaient autant de la région que d’ailleurs au Québec. Plusieurs gens de la grande ville ont visité le parc.

Lors de ces journées spéciales, les 14 parcs nationaux du Québec offrent leurs activités gratuitement; leur programmation habituelle ainsi que de nouvelles activités originales. En Estrie, en plus du Mont-Orford, le parc national de la Yamaska et le parc national du Mont-Mégantic avaient aussi ouvert leurs portes, sans frais.

« On reçoit gracieusement les gens à venir découvrir les magnifiques territoires protégés. On sollicite les Québécois à profiter de leurs parcs nationaux. Et les gens viennent en grand nombre. Nos employés étaient complètement dédiés à amuser et à divertir les gens et leurs faire connaitre les activités d’hiver, surtout d’apprécier les sports d’hiver. On est un pays d’hiver. Il faut apprécier être à l’extérieur », a aussi partagé la directrice. 

En plus des activités normalement offertes au parc comme la raquette ou le ski de fond, les visiteurs pouvaient participer à plusieurs ateliers, qui amusaient les petits comme les grands. 

« Ce qui nous démarque, ce sont toutes les activités découvertes et la recherche qu’on fait au sujet du territoire, on a un mandat de conservation. Ce qui se rapporte aux animaux, à l’histoire », ajoute Mme Marchand.

Rallye mystérieux ou parcours de géocaching pour se divertir, il était aussi possible de s’instruire lors d’ateliers éducatifs comme une rencontre avec un garde-parc, pour en apprendre sur le territoire protégé, ou une course d’introduction à l’orientation à la boussole. 

Guy Lebeau était venu profiter de la gratuité de la location de fatbike.

Engouement pour le vélo sur neige

Ces fameux fatbikes, vélos aux grosses roues qui permettent de circuler dans les parcours enneigés, ils ne cessent de gagner en popularité. Pour la journée Sépaq, la direction du parc avait prévu le coup en amenant sur place plus de vélos pour la location.

« Ça fait trois ans maintenant et chaque année c’est un succès, mais cette année on a ajouté des vélos. On a mis notre flotte de vélos, la flotte de vélos de Ski Vélo et celle de la compagnie Specialized. Donc les gens ont profité de cette activité-là. C’est vraiment un engouement. On a des nouveaux sentiers dédiés aux vélos qui font fureur actuellement, c’est un beau succès », a noté Mme Marchand. 

En raison de l’achalandage marqué, les kiosques ont limité le temps de location. Ils prêtaient les vélos pour une durée d’environ une heure par personne. 

« Il y avait du monde pour qui c’était nouveau et ils voulaient essayer, d’autres en avaient entendu parler et voulaient essayer ou d’autres qui pensent en acheter et voulaient se convaincre, raconte Mathilde Renaud, qui travaille pour Ski Vélo. Tout le monde était content et ils demandaient s’ils pouvaient partir plus longtemps, malheureusement on ne pouvait pas se le permettre. Il y avait une longue liste d’attente ».

Mme Renaud se réjouissait de la popularité de l’activité et assure que le fatbike peut plaire à tout le monde.

« C’est comme un vélo normal! Il faut juste s’ajuster aux pneus et aux vitesses quand on embarque dessus, mais on s’habitue vite », ajoute-t-elle.

Bien entendu, les moments détentes étaient aussi à l’agenda samedi. Chocolat chaud, guimauves, feu de foyer et musique d’ambiance attendaient les visiteurs après leurs activités hivernales.

Brigitte Marchand