Gilles Bélanger

Joggeuse attaquée par des chiens: Bélanger propose un «registre des morsures»

L’attaque sauvage contre une joggeuse commise par trois chiens à Potton, le 29 mars dernier, a secoué le député d’Orford, Gilles Bélanger, qui espère maintenant un meilleur contrôle des animaux domestiques à travers la province.

«Cette dame a été vraiment durement touchée. Pauvre elle. Les chiens l’ont presque tuée. C’est le genre d’événement qui fait réagir. En fait, c’est carrément inacceptable ce qui s’est produit à Potton parce qu’on sait aujourd’hui que les chiens concernés avaient sans doute déjà attaqué d’autres personnes dans le passé», affirme M. Bélanger.

À lire aussi: Attaque à Potton: les trois chiens euthanasiés

Pour éviter que des chiens ne mordent des humains à répétition, le député d’Orford propose la mise en place d’une forme de «registre des morsures» afin de répertorier les animaux représentant un danger pour la population.

À cette fin, Gilles Bélanger suggère d’impliquer les vétérinaires. «Ces professionnels voient parfois des bêtes qui ont elles-mêmes été mordues par des chiens. Ils détiennent des informations pouvant être utiles à la prévention des morsures. Grâce à leur travail et aux observations du public, il serait possible de dresser un genre de profil d’agressivité pour certains animaux», explique-t-il.

Évidemment, M. Bélanger appuie le projet de réglementation concernant l’encadrement des chiens proposé par sa collègue Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique du Québec.

Le projet de réglementation en question permettra de clarifier une loi plus restrictive, relative au contrôle des chiens, entrée en vigueur en 2018, sous le gouvernement libéral de Philippe Couillard. Il sera dévoilé à court terme, mais on ignore à quel moment exactement.

«Je désire qu’on mette en place les mesures nécessaires pour que ce type d’événement n’arrive plus. Il est important que les municipalités puissent agir quand des événements déplorables se produisent même si ça demande l’intervention d’experts avant l’euthanasie, par exemple», déclare M. Bélanger.

Expériences personnelles

Ayant participé à plusieurs triathlons d’envergure durant sa vie, Gilles Bélanger a fréquemment couru et roulé à vélo dans les rues. Il sait fort bien que les joggeurs et les cyclistes assidus rencontrent régulièrement des chiens menaçants.

«Moi aussi ça m’est arrivé de croiser des bêtes dangereuses. Un jour, au Québec, j’ai dû m’arrêter et me protéger avec mon vélo. Et je me suis fait mordre deux fois au Mexique. Les chiens protègent leur territoire et ils réagissent mal des fois, en nous voyant arriver à la course ou en pédalant.»

M. Bélanger confie qu’il lui arrive de ralentir le pas ou d’arrêter, lorsqu’il aperçoit un chien hostile en passant devant une propriété pendant un entraînement à l’extérieur. «Mais on ne les voit pas toujours venir, surtout quand on écoute de la musique. Un de mes trucs, en présence d’une bête avec une attitude inquiétante, c’est de parler tranquillement sans me détourner», révèle-t-il.

Notons que la Sûreté du Québec mène une enquête concernant l’attaque survenue à Potton le 29 mars. Mère de deux enfants, la dame qui a été attaquée est toujours à l’hôpital et elle aura à fournir beaucoup d’efforts pour reprendre une vie normale.