Durant les prochains mois, la municipalité de North Hatley se chargera de la gestion des installations récréatives habituellement gérées par la SRNH.

Installations récréatives : North Hatley essuie des critiques

MAGOG - Des négociations qui n'ont pas abouti entre la municipalité de North Hatley et la Société récréative de North Hatley (SRNH) ont provoqué de la grogne dans ce petit village bordant le lac Massawippi. Une pétition a été lancée et des citoyens se promettent d'intervenir lors de la prochaine assemblée publique du conseil municipal de l'endroit.

La SRNH n'est pas un organisme tout jeune. Il a été créé il y a plus de 50 ans et gère des installations récréatives en bordure du lac Massawippi. On retrouve notamment une plage ainsi que des terrains de tennis sur la propriété dont l'organisme a la responsabilité.

Les négociations qui ont impliqué la municipalité et l'organisme, plus tôt cette année, portaient principalement sur les activités offertes par ce dernier et les frais assumés par sa clientèle.

Président de la SRNH, Mathieu Devinat laisse entendre que la municipalité avait des demandes excessives lors des négociations. «Elle voulait qu'on offre la gratuité aux gens du village, sauf pour les cours de tennis ou de voile, et qu'on augmente les tarifs pour les citoyens de l'extérieur. En plus, il aurait fallu qu'on surveille la plage une heure de plus chaque jour et qu'on ferme la clôture à clé après la fermeture», énumère-t-il.

Les demandes de North Hatley auraient fait perdre quelque 10 000 $ de revenus par année à l'organisme, selon M. Devinat. De plus, s'appuyant sur l'avis d'une experte, celui-ci affirme que le verrouillage de l'entrée comporterait des risques, puisque le public serait malgré tout capable d'accéder à la plage par des moyens détournés et que la tâche des services d'urgence deviendrait plus complexe en cas d'accident en période de fermeture.

Le président de la SRNH sait fort bien que North Hatley est un partenaire financier de son organisme. Toutefois, il n'a pas senti que la municipalité était animée par un esprit de collaboration lors des négociations.

Compte tenu des circonstances, la SRNH a décidé de suspendre ses activités pour une année. La municipalité se chargera seule d'offrir aux membres et à la population en général des activités sur place.

Maire de North Hatley, Michael Page se montre désolé de la situation. Mais il confie que son administration n'a pas le choix de hausser ses exigences. «On verse des milliers de dollars tous les ans à la SRNH et, en plus, on leur paie le téléphone, l'électricité et des rénovations sur leur bâtiment. Un des problèmes aussi, c'est qu'ils ne faisaient pas de bilan financier et qu'on a besoin qu'ils nous en fournissent un», ajoute-t-il.

M. Page assure qu'il souhaite le maintien du partenariat existant de longue date entre les deux organisations. «Le travail de ces bénévoles est important», lance-t-il.