Incendie du centre-ville de Magog: la famille Voyer reconstruira au printemps

MAGOG — À moins d’un imprévu, l’immeuble qui abritait le commerce Chaussures Vogue, au centre-ville de Magog, sera reconstruit à court terme. La famille Voyer, qui en était la propriétaire, prévoit que les travaux de reconstruction s’amorceront dès le printemps prochain.

«C’est réglé avec l’assureur. On a toujours l’intention de rebâtir. D’ailleurs, on a déjà approché un entrepreneur pour la reconstruction», indique Michel Voyer, qui gérait jusqu’à récemment Chaussures Vogue.

À lire aussi: Incendie du centre-ville de Magog: reconstruira, reconstruira pas?

Toutefois, le nouvel immeuble pourrait être érigé sur un terrain voisin de celui où le commerce de la famille Voyer a longtemps pris place, à l’angle des rues Principale Ouest et Dufault.

«La Ville de Magog est intéressée à faire un échange de terrains avec nous. On lui donnerait le nôtre et elle nous cèderait le terrain qu’elle possède juste à côté. Ça lui permettrait, entre autres, d’élargir la rue Dufault pour faciliter le déneigement et le passage des camions incendie, au besoin», révèle l’homme d’affaires.

Rappelons que trois immeubles ont été détruits par les flammes au centre-ville de Magog, plus précisément en bordure de la rue Principale, le 16 octobre dernier. Le bâtiment qui se trouvait sur le terrain de la Ville de Magog, à proximité de l’angle Principale Ouest - Dufault, figure parmi ceux qui ont été rasés par le feu.

Directrice des communications et des technologies de l’information à la Ville, Claudia Fortin confirme que le scénario d’un échange de terrains est à l’étude. Mais elle souligne qu’il est trop tôt pour dévoiler de manière détaillée à quoi servirait le terrain qu’obtiendrait la municipalité. Ajoutera-t-on des cases de stationnement à l’arrière? Construira-t-on un édifice devant? Il faudra attendre pour avoir des réponses à ces questions.

Deux étages

Le bâtiment qu’érigera la famille Voyer comptera deux étages. On retrouvera un espace commercial au rez-de-chaussée et deux petits logements à l’étage supérieur.

«On serait en mesure de faire un édifice plus haut, si on le voulait, considérant que la réglementation de la Ville de Magog le permettrait. Mais j’approche vraiment de la retraite alors je n’ai pas le goût de me lancer là-dedans. Notre immeuble sera simple, mais ce sera une construction de qualité», explique Michel Voyer, qui a par ailleurs déjà annoncé que Chaussures Vogue ne renaîtra pas.

M. Voyer ne s’attend pas à ce que les travaux d’infrastructure prévus au centre-ville de Magog, en 2019, forcent sa famille à revoir ses plans. «Les matériaux pour la reconstrution n’auront pas à passer par la Principale puisqu’il y a un accès par l’arrière à cet endroit. Ça nous facilitera la vie.»