Jimmy Lachance

Il reconnait l'importation de 1,9 M$ de tabac en vrac

SHERBROOKE - Un camionneur de Saint-Georges-de-Beauce a reconnu avoir tenté d'importer illégalement au Canada du tabac de contrebande d'une valeur de près 1,9 million $ par le poste frontalier de Stanstead.

Jimmy Lachance était présent, mercredi, au palais de justice de Sherbrooke pour reconnaître les trois accusations déposées contre lui pour ces gestes commis le 20 septembre 2017.

Le camionneur de 40 ans s'était présenté au poste frontalier de l'autoroute 55 de Stanstead.

Il était entré aux États-Unis la veille.

Lachance a affirmé à l'agent de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) que sa remorque était vide et qu'il n'avait rien à déclarer.

Plusieurs indices laissaient croire le contraire.

La suspension de son camion était très basse. La remorque ne vibrait pas comme il se doit lorsqu'elle est vide. Autre indice, le moteur du camion forçait beaucoup trop pour un véhicule qui n'était pas chargé.

Lachance a été dirigé vers la fouille secondaire où les douaniers ont découvert le pot aux roses.

Dans sa remorque, Jimmy Lachance transportait 44 palettes sur lesquelles 231 boîtes de tabac de contrebande en vrac avaient été placées pour un total de 15 131 kilos de tabac en vrac.

Les autorités ont évalué la marchandise illicite saisie à 1 815 768 $.

Devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec, mercredi, Jimmy Lachance a plaidé coupable aux accusations de contrebande de tabac en vrac, d'avoir tenté d'éluder les paiements des taxes d'accises et d'avoir fait une fausse déclaration aux agents de l'ASFC.

Il n'y a pas de peine minimale prévue pour ces accusations, mais elles sont passibles d'une amende maximale de 500 000 $ ou de cinq ans d'emprisonnement.

Jimmy Lachance, qui ne possède aucun antécédent judiciaire, devra rencontrer un agent de probation pour la confection d'un rapport présentenciel.

La procureure aux poursuites criminelles fédéral Me Geneviève Lachance et l'avocat de la défense Pierre L'Écuyer feront leurs observations sur la peine en mai prochain.