Des navettes feront l’aller-retour entre Cookshire et le IGA à East Angus deux fois par jour, à 10 h et 14 h, et ce sept jours par semaine.  Gilles Denis copropriétaire du IGA, Sylvie Lapointe, mairesse de Cookshire-Eaton, et Pierre Genest-Denis, copropriétaire du IGA et fis de Gilles Denis.

IGA Cookshire: après l'incendie, l'entraide

« Pour une date exacte, on ne sait pas, on est dans l’inconnu, mais je présume qu’on a encore un trois semaines devant nous à traverser pour ramener comme c’était, » a déclaré le propriétaire du IGA Cookshire Gilles Denis lundi matin. Il a aussi annoncé que des navettes et la livraison gratuite allaient être mises en place pour accommoder les clients.

Rappelons qu’un incendie d’origine criminelle s’est déclaré près du quai de déchargement du IGA de Cookshire-Eaton le 16 février dernier. L’incendie a causé des dommages considérables.

À LIRE AUSSI: Le IGA de Cookshire-Eaton touché par un incendie criminel

« Au niveau des travaux, on avance rondement, la problématique est d’avoir toutes les pièces de remplacement pour notre système au CO2, explique M. Denis. Il y a beaucoup de cartes électroniques qui ont été asséchées. »

Des navettes feront donc l’aller-retour entre Cookshire et le IGA à East Angus deux fois par jour, à 10 h et 14 h, et ce sept jours par semaine. La Ville de Cookshire-Eaton et Sobeys assumeront les frais pour les navettes.

« On le fera le temps qu’il faudra pour accommoder nos citoyens », a mentionné la mairesse de Cookshire-Eaton, Sylvie Lapointe.

À partir de lundi, le IGA Cookshire offrira aussi la possibilité de faire des commandes par téléphone. Les livraisons seront offertes gratuitement durant la fermeture.

« On va prendre les commandes au téléphone, on va les préparer au IGA à East Angus et on va aller les livrer chez les gens, mentionne M. Denis qui souligne que son magasin sert 5500 clients par semaine. On va commencer par le Manoir de l’Eau Vive ici à Cookshire parce qu’il y a beaucoup de gens sans voiture qui n’ont pas nécessairement la forme pour aller faire l’épicerie. »

Il est aussi possible de faire des commandes en ligne.

« On en a déjà deux ce matin », lance M. Denis qui estime que cette fermeture représente facilement entre un demi-million et un million $ de pertes. Avec la construction de la 410, notre magasin a pris de l’essor. C’est un magasin qui est voué à un bel avenir. On ne vivrait pas non plus sans la campagne autour. »

L’enquête se poursuit selon la Sûreté du Québec qui a mentionné qu’il n’y avait rien de nouveau à annoncer lundi matin. La thèse criminelle est encore mise de l’avant.

« Ça fait peur, car deux jours après, il y a eu un autre incendie dans un édifice, mentionne Mme Lapointe. On se demande si c’est un pyromane, ça fait peur pour la municipalité et pour les commerces. On espère que l’enquête avance vite. »

Rappelons qu’un incendie d’origine criminelle s’est déclaré près du quai de déchargement du IGA de Cookshire-Eaton le 16 février dernier. L’incendie a causé des dommages considérables.

Un système complexe

Le système au CO2 de l’épicerie prend en charge la réfrigération, la climatisation et le chauffage de l’édifice. Lors de l’installation en 2009, il s’agissait du seul bâtiment en Amérique du Nord avec ce système.

« On avait acheté des surplus de pièces lors de l’installation, mais on a pigé dedans au fil des années, explique Pierre Genest-Denis, le fils de Gilles Denis et copropriétaire du IGA. Maintenant, c’est de vérifier l’ensemble des pièces et l’ensemble de l’électronique pour voir si on a assez de pièces de rechange pour faire fonctionner le système au complet. Quand les gicleurs sont partis, ils ont noyé toute l’électronique. »

La direction de l’épicerie envisage aussi de changer complètement de système.

« C’était un prototype et ce n’est pas toujours une bonne affaire, explique M. Genest-Denis. Il y a de bons et de moins bons côtés. »