Malgré l'importance des coûts estimés pour la construction d'une piste cyclable de 98 kilomètres qui traverserait le Haut-Saint-François, le préfet de la MRC, Robert Roy, continue de croire au projet et envisage différentes pour réduire la facture.

HSF: la piste cyclable de 98 km coûterait de 20 à 35 M$

Le projet de piste cyclable multifonctionnelle de 98 km reliant Saint-Joseph-de-Coleraine à Sherbrooke coûtera de 20 à 35 millions $, selon les premières données de l'étude de faisabilité transmises aux élus des municipalités concernées.
Robert Roy
Puisque cela s'annonce comme un projet global de région, il est envisagé que les dépenses seront divisées entre les municipalités se trouvant entre Sherbrooke et Saint-Joseph-de-Coleraine et qui longent la route 112. Évidemment, l'option de demander de l'aide aux gouvernements pour éponger une partie des dépenses est sur la table.
« C'est parmi les possibilités envisagées, mais il ne faut pas oublier que la Route verte (itinéraire cyclable au Québec) n'obtiendra plus de subventions gouvernementales. C'est un élément à considérer, explique le préfet de la MRC du Haut-Saint-Francois, Robert Roy. Par contre, dans le cadre de nouveaux projets, je sais que le gouvernement avait des fonds pour aider à la mise sur pied de nouvelles infrastructures de loisir. C'est donc vers ce créneau qu'on pourrait aller. »
L'importante somme exigée n'est pas sans inquiéter le préfet du Haut-Saint-François. Celui-ci insiste sur le fait que l'ensemble de la région prendra son temps dans ce projet pour s'assurer de prendre les meilleures décisions possible en lien avec la construction et le financement de ce projet dévoilé en juillet dernier.
« Ce sont des gens d'expertise qui ont procédé aux études préliminaires. Pour ma part, je trouve les coûts quelque peu gonflés. Il est évident que, lorsqu'on voit le prix, on ne peut pas dire qu'on ne recule pas. Par contre, je demeure confiant de voir ces chiffres diminuer de quelques millions en prenant les bonnes décisions », indique-t-il tout en précisant que c'est ce qui peut expliquer pourquoi on parle d'un écart de 15 millions entre les chiffres actuels.
Des solutions pour diminuer les coûts
Afin de diminuer les coûts, certaines municipalités sont prêtes à utiliser leurs propres camions. M. Roy indique qu'East Angus, Ascot Corner, Westbury et Weedon étaient ouvertes à cette option.
Également, le ministère du Transport du Québec a accepté de laisser les rails aux municipalités afin de les vendre et de récolter l'argent du fer. Cela permettrait de payer une partie de la facture. Autre point important, certains tronçons de cette éventuelle piste cyclable offriraient aux motoneigistes la chance de l'emprunter l'hiver comme sentier.
« Dans le Haut-Saint-François, c'est un projet que nous jugeons très intéressant. Cependant, au niveau du phasage, on se demande comment le faire. Ce que l'on veut, c'est revoir les coûts par section, par exemple celle comprise entre Weedon et Westbury. On évaluerait les ponceaux qu'il y a à changer et cela nous permettrait d'établir la somme nécessaire pour construire cette piste. Ensuite, nous déterminerons qui paye quoi », explique le préfet de la MRC du Haut-Saint-François.
« Nous avons la chance d'avoir certains tronçons qui nous permettraient d'avoir un partenariat avec l'industrie de la motoneige afin de partager les coûts dans certains secteurs, ajoute-t-il. Celle-ci obtient des subventions pour changer des ponceaux et pour faire des infrastructures. C'est donc un élément qui nous aiderait beaucoup. »
Le président du comité de la piste cyclable a aussi tenu à souligner tout le positif que cela apporterait aux habitants au sein de la région. « Ce que l'on veut, c'est travailler avec la population pour augmenter sa qualité de vie. Nos citoyens vont faire beaucoup de kilomètres pour parcourir des pistes cyclables. Nous croyons que nous sommes rendus à un niveau où il faut exploiter cela. [...] Il ne faut jamais oublier que l'on représente les habitants de notre territoire », souligne-t-il.