Les membres de la famille de Denis Roy étaient présents au Centre Gérard-Couillard de Coaticook pour rendre hommage à leur proche, décédé l'été dernier. Accompagnés de la conseillère municipale Guylaine Blouin, il s'agit de Roland Houle, Diane Roy, Nathalie Jolin, Sylvain Roy, Johannie Roy, Jérémie Roy, Mélissa Roy et Simon Madore.

Hockey: Coaticook se souvient de Denis Roy

Le nom du Coaticookois Denis Roy sera à jamais associé au Centre sportif Gérard-Couillard, où il a passé une bonne partie de sa vie à marquer des matchs de hockey. Le passionné est décédé cet été à l'âge de 81 ans. Une plaque rappelant son implication, entre autres, ornera désormais un mur de l'aréna.

Des membres de la famille de M. Roy étaient présents au centre sportif jeudi afin de lui rendre hommage. La conseillère municipale Guylaine Blouin était également sur place. « 90 % de la Ville de Coaticook connaissait M. Roy, admet Mme Blouin. Il était toujours à l'aréna. C'est un monument du chronomètre. C'était un taquin. Il parlait à tout le monde. Il a chronométré à tous les niveaux. C'est une leçon de vie pour bien des jeunes », affirme-t-elle.

La nièce de M. Roy, Diane Roy, est pour sa part fière de son oncle. « Je trouve ça gratifiant pour lui. Je trouve ça dommage qu'il ne soit pas là pour voir ça. Il était patient avec les jeunes pour les habituer à marquer les parties. C'était vraiment un pilier dans l'aréna », commente-t-elle.

Mélissa Roy, sa petite-nièce, a de bons souvenirs du membre de sa famille. « Il était tannant et c'était le meilleur pour faire des frites-sauce! rigole-t-elle. Il adorait faire des coups. Il a chronométré les Frontaliers durant plusieurs années. »

Un vétéran des chiffres

Si Denis Roy était un passionné de sport, il était également un passionné de statistiques. M. Roy a commencé à marquer des parties de hockey avant même la construction de l'aréna à Coaticook. « Quelqu'un m'a raconté qu'il se plaçait dans le banc de neige et qu'il marquait les points. Il faisait les statistiques au baseball et au hockey. Quand j'étais petite, il y avait plein de chiffres dans ses cahiers. Je ne comprenais pas ce qu'il faisait! » se rappelle sa nièce.

Après sa retraite à la fin des années 1990, M Roy n'a remis les pieds qu'une seule fois à l'intérieur des murs du Centre sportif Gérard-Couillard. « Ça lui faisait trop mal lorsqu'il revenait à l'aréna, explique Diane. Il avait pris sa retraite. C'était comme un deuil. C'est pourquoi il n'aimait pas revenir », conclut-elle.

La plaque en honneur de M. Roy sera bientôt à la vue de tous dans le Centre sportif Gérard-Couillard. De plus, la section 6 de l'aréna a été baptisée à son nom.