Accompagnée de la directrice des finances, Anne Couturier, et de la conseillère et présidente de la commission des finances, Nathalie Bélanger, la mairesse Vicky-May Hamm a annoncé lundi que l'augmentation de taxes pour les citoyens de Magog sera contenue sous le 2% en 2017.

Hausse de taxes: Magog respecte son engagement

Conformément à ce qui avait déjà été annoncé par la Ville de Magog, la majeure partie des propriétaires de résidences dans cette ville seront confrontés à une augmentation de taxes municipales inférieure à deux pour cent en 2017.
En 2017, la Ville de Magog prévoit dépenser 51 792 100 $ et obtenir tous les revenus nécessaires pour faire face à ses dépenses. Le budget 2016 comprenait pour sa part des dépenses totalisant 50,6 M $.
Dans le cas des immeubles résidentiels de cinq logements et moins, le taux de taxation passera de 0,72 $ à 0,734 $ par tranche de 100 $ d'évaluation foncière.
Le taux pour les immeubles commerciaux atteindra 2,088 $ par tranche de 100 $ d'évaluation foncière tandis qu'il sera de 2,614 $ par 100 $ pour les bâtiments industriels existant sur le territoire de la ville.
Le tarif qui sera imposé à tous les propriétaires de résidences en lien avec l'eau potable fera un bond de 14 $ pour se situer à 192 $ par maison. Il en coûtera 171 $ pour les égouts et le traitement des eaux usées. Quant au coût lié à la collecte et à la disposition des matières résiduelles, il chutera de 174 $ à 170 $.
Ajoutons que les personnes possédant une fosse septique devront débourser 90 $ pour la vidange. Ce tarif ne subira donc aucune augmentation ni diminution l'an prochain.
Moins cher en zone rurale
Selon les chiffres dévoilés par la municipalité, le propriétaire d'une résidence estimée à 256 764 $, la valeur moyenne des propriétés à Magog, verrait son compte de taxes augmenter de 1,9 pour cent en 2017 si sa maison était rattachée aux réseaux d'aqueduc et d'égouts. Cela signifie qu'il paierait un montant additionnel de 46 $.
Le propriétaire d'une maison identique construite en secteur non desservi ferait pour sa part face à une hausse de 32 $. En d'autres mots, son compte grimperait de 1,5 pour cent.
« Les gens en zone non desservie paient eux-mêmes tous les travaux relatifs à leur fosse septique et à leur puits, alors c'est normal que la facture soit moins élevée pour eux. Mais, en plus, on a maintenant une façon plus équitable de répartir les coûts entre le rural et l'urbain. Cela joue en faveur des non desservis et l'écart observé risque de s'accroître dans le futur », explique la mairesse Vicki-May Hamm.
Par ailleurs, la municipalité s'attend à ce que sa masse salariale bondisse de 1,4 M $ en 2017. « Des gens ont peut-être l'impression qu'il y a beaucoup de création de postes à la Ville par les temps qui courent. Ce n'est toutefois pas vraiment le cas. Les véritables nouveaux postes sont rares », assure Mme Hamm.
Entre autres, des départs à la retraite sont survenus récemment. La municipalité aurait par surcroît créé de nouveaux postes pour éviter de « donner des contrats à l'externe ».