Vicki-May Hamm, mairesse sortante de Magog

Hamm prête à revoir la revitalisation du centre-ville

Comme plusieurs autres candidats aux élections, la mairesse sortante Vicki-May Hamm estime qu’il faudra revoir le projet de revitalisation du centre-ville de Magog.

« On a un dépassement de coût pour la portion des infrastructures, rappelle Mme Hamm. Pourquoi a-t-on manqué la cible par un si grand écart lors de l’appel d’offres? Je n’ai pas la réponse à cette question. Par contre, je sais qu’on devra faire des ajustements. »

Compte tenu de l’état et de l’âge de certaines infrastructures, la mairesse sortante affirme qu’une large portion des travaux prévus ne pourra être abandonnée ou reportée. « La chaussée, les trottoirs et l’aqueduc sur la rue Principale sont des incontournables », note-t-elle.

À son avis, la Ville de Magog serait cependant en mesure d’effectuer des économies en choisissant des matériaux moins dispendieux pour des portions précises du projet, évalué au total à plus de 20 millions $.

« On voulait prendre du granit pour faire les bordures de la rue. Ce serait plus durable et donc avantageux à long terme, mais c’est une chose qu’on pourrait laisser tomber. Mettre moins de pavés unis est aussi une possibilité. »

Mme Hamm rappelle que des économies seraient également possibles, si on étalait les travaux sur une plus longue période, comparativement à ce qui avait été d’abord planifié.

« Je crois qu’on peut éviter de dénaturer le projet de revitalisation malgré les modifications qu’on sera forcé de faire, soutient Vicki-May Hamm. On a vu avec la reconstruction de la caserne de pompiers que des économies importantes sont réalisables quand on refait un appel d’offres. »

Les stationnements

Par ailleurs, la mairesse affirme qu’elle avait, dès le départ, pris soin de souligner que le retrait de nombreuses places de stationnement, au parc des Braves, risquait fort de créer du mécontentement parmi les marchands du centre-ville. « Au jour un du dossier, j’ai dit que ça nous éclaterait au visage », lance-t-elle.

Pour éviter qu’un nombre trop grand de places de stationnement disparaissent dans le secteur du parc des Braves, elle propose que la Ville acquière un terrain au cœur du centre-ville. Il est question plus précisément d’un échange de terrains qui impliquerait la municipalité et la Caisse Desjardins du Lac-Memphrémagog.

Rappelons que plusieurs commerçants sont récemment montés aux barricades en raison du retrait annoncé de nombreuses places de stationnement au parc des Braves. Ils ont demandé que la municipalité fasse marche arrière.