Pour que les touristes soient plus nombreux dans la région en hiver, « les stations de ski du secteur devront travailler plus étroitement ensemble », suggère la mairesse de Magog.

Hamm plaide la concertation

Les dizaines de millions de dollars qui seront investis, ces prochaines années, dans les stations de ski de la région auront-elles des retombées l’extérieur de celles-ci? La mairesse de Magog, Vicki-May Hamm, affiche son optimisme à ce sujet.

Mme Hamm semble avoir lu avec intérêt de récents commentaires formulés par le président-directeur général de l’Association des stations de ski du Québec, Yves Juneau, concernant la ville de Magog. Ce dernier faisait un parallèle entre Magog et Banff, deux villes entourées de montagnes de ski et d’espaces verts.

« La façon dont il a présenté les choses était très flatteuse, déclare la mairesse de Magog. C’est vrai que tout est là pour qu’on ait aussi beaucoup de succès en tourisme hivernal dans le futur. Il faut maintenant mobiliser l’industrie touristique locale. »

Au cours des prochaines années, il tombera des millions de dollars sur les stations de ski des Cantons-l’Est. Jusqu’à 270 M $ pourraient en effet être investis à Owl’s Head, Bromont, montagne d’expériences, Orford et Sutton. Le gouvernement a même délié les cordons de sa bourse afin de favoriser l’investissement dans les quatre principaux centres de ski de la région.

 Je m’attends à ce que beaucoup plus de gens visitent notre secteur en hiver durant les prochaines années grâce à tous ces investissements, confie Vicki-May Hamm. Il faut cependant espérer que les stations ne voudront pas mettre en place des modèles où les visiteurs sont captifs parce que les retombées régionales seraient alors moins grandes. »


« Pourquoi ça ne déborderait pas sur Sherbrooke ou Coaticook? Les touristes n’ont pas uniquement le goût du ski après tout! »
Vicki-May Hamm

Mme Hamm rappelle que la région de Magog espère depuis longtemps attirer davantage de touristes en saison hivernale. « On avait tenu un sommet en 1998 et il en était déjà question », note-t-elle avec un ton amusé.

Concertation nécessaire

Pour que les touristes soient plus nombreux dans la région en hiver, « les stations de ski du secteur devront travailler plus étroitement ensemble », suggère la mairesse de Magog.

« Chacune des quatre stations principales pourrait avoir une niche particulière. Mais l’idée, ce serait que toutes vendent la destination des Cantons-de-l’Est ensemble. De plus, pourquoi on ne créerait pas une passe qui permettrait aux visiteurs de l’extérieur d’avoir accès à toutes les quatre? Ça fait un moment que je dis que ce genre d’initiative serait une bonne chose. »

Président de la Corporation ski et golf Mont-Orford, Jacques Demers se montre aussi très favorable à l’implantation d’un billet multivisites ou d’une passe qui serait valide à Owl’s Head, Bromont, Orford et Sutton.

« Je ne sais pas pour le nouveau groupe en place à Owl’s Head, mais quand Gilles Bélanger était à cette montagne on sentait que ce genre de projet était envisageable. En plus, le grand patron de Bromont, Charles Desourdy, a eu des commentaires positifs par rapport à cette idée. Et, de mon côté, je peux seulement être d’accord avec ça », révèle M. Demers.

De l’avis du président de la Corporation ski et golf Mont-Orford, la création d’un billet multivisites valides dans les principaux centres de ski de la région encouragerait les skieurs de l’extérieur à demeurer dans les Cantons-de-l’Est plus longtemps lors de leurs séjours ici.

« Si on travaille bien, c’est évident qu’il y aura des retombées supplémentaires à Magog en hiver, dit-il. Mais pourquoi ça ne déborderait pas sur Sherbrooke ou Coaticook? Les touristes n’ont pas uniquement le goût du ski après tout! »