C’est en se basant sur le point miliaire 3,61, à Nantes, où sont survenus deux déraillements mineurs, le 24 août que la Coalition pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic a décidé d’adresser une mise en demeure visant à faire cesser le transport des matières dangereuses sur une voie ferrée déficiente, à proximité de Lac-Mégantic, et sur tout le réseau jusqu’à Farnham.

Garneau mis en demeure d’interrompre le transport de matières dangereuses entre Farnham et Lac-Mégantic

Le ministre fédéral des Transports est mis en demeure d’interrompre le transport de matières dangereuses entre Lac-Mégantic et Farnham tant que l’ensemble de ce tronçon n’aura pas été complètement réparé et inspecté rigoureusement par Transports Canada.

La Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic a déposé, mardi, cet avis à l’endroit du ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, et à son inspecteur de Transports Canada, Jean-René Gagnon, enjoignant au ministre d’utiliser ses pouvoirs pour ordonner à la Central Maine and Quebec Railway (CMQR) de respecter cette sommation.

La mise en demeure fait état d’un manque de suivi allégué du ministre Garneau et de l’inspecteur Gagnon, à la suite d’un ordre transmis à la CMQR le 7 mai 2019, concernant des réparations et inspections jugées non complètes et non sécuritaires, toujours présentes sur la voie ferrée subdivision Sherbrooke.

La Coalition rappelle ainsi au ministre que 253 rails défectueux et plusieurs autres dangerosités ont été identifiés le 7 mai par M. Gagnon et qu’un avis assorti d’un ordre avait été transmis à la CMQR, via M. Ryan Ratledge, v.-p. de l’entreprise ferroviaire, lui ordonnant des inspections additionnelles, sans nécessiter des réparations immédiates des rails considérés dangereux. La Coalition rappelle également les deux déraillements mineurs survenus le 24 août, au point miliaire 3,61 à Nantes, où avaient pourtant été signalées des conditions de traverse défectueuse dans l’avis assorti d’un ordre du 7 mai. Selon ses observations et photos récentes, la Coalition considère que cette traverse n’a pas encore été assez bien réparée et présente encore des risques évidents de déraillements.

« Selon nous, le ministre des Transports doit dès maintenant appliquer le principe de précaution, s’il considère toujours que sa priorité première demeure la sécurité ferroviaire », émet par communiqué le porte-parole de la Coalition, Robert Bellefleur.

Ce dernier annonce ensuite la création d’une fondation pour la sécurité ferroviaire, « vouée à la promotion de la sécurité ferroviaire de même qu’à la protection et à la défense des intérêts des citoyens vivant aux abords des voies ferrées. La Fondation “Sécurité ferroviaire Lac-Mégantic” recueillera des fonds qui serviront dans un premier temps à assumer les frais reliés aux démarches juridiques que la Coalition entreprend contre le ministre et Transports Canada. Éventuellement, ces fonds pourront aussi être attribués en soutien à des actions citoyennes orientées vers l’amélioration de la sécurité ferroviaire tant au Québec qu’au Canada. »

C’est l’avocat Daniel E. Larochelle, de Lac-Mégantic, et l’avocat-conseil Jean-Claude Boutin qui ont signé le document légal de mise en demeure.

La Coalition tiendra une conférence de presse publique, pour expliquer la démarche judiciaire qu’elle entreprend et répondre aux questions, jeudi 11 h au restaurant Le Citron vert de Lac-Mégantic.