Le maire d'Asbestos Hugues Grimard.

Fusion municipale: Asbestos et Danville se courtisent

Asbestos et Danville songent à fusionner. Une demande sera adressée au ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) afin de mener une étude qui établira les avantages et inconvénients de la création possible de cette nouvelle ville.

Un comité de travail réunissant des élus des deux municipalités, soutenu par le MAMOT, sera à la tête de cette enquête qui s’étalera sur une période d’environ six mois. Elle sera par la suite présentée aux deux conseils municipaux qui la rendront publique aux citoyens. Suivra une consultation où ces derniers seront invités à formuler des commentaires à la lumière des conclusions de l’étude.

« D’ici cette diffusion, les deux conseils municipaux demandent la collaboration des citoyens afin de respecter la neutralité de la démarche. Il est important de dresser un constat de la situation avant de pouvoir en discuter publiquement », souligne le maire de Danville, Michel Plourde.

Le processus sera ainsi réalisé de manière transparente, assure-t-on, de façon à ce que les citoyens puissent faire partie de la décision. « Et j’insiste sur ce point : ce sera une décision collective », appuie Michel Plourde, lui-même natif de Bécancour, ville issue de la fusion de plusieurs villages en 1965.

« Le moment est venu de regarder la question. Il faut prendre le temps qu’il faut pour bien analyser la situation. L’étude n’engage aucunement les deux municipalités à créer cette nouvelle ville », précise de son côté le maire d’Asbestos, Hugues Grimard.

Conscients que le projet peut susciter des réactions dans la population, les deux maires insistent sur le fait qu’avant de prendre une décision, la question sera étudiée en détail et de manière objective. De plus, la création d’une nouvelle ville nécessiterait l’aval des élus des deux municipalités.

« Ce qui revenait sur la table depuis longtemps c’était de trouver des façons de faire ensemble pour être plus efficaces. L’idée du regroupement revenait souvent alors on s’est dit pourquoi ne pas explorer la possibilité », explique Hugues Grimard en affirmant que les deux municipalités entretiennent de bonnes relations.

Notons que Danville et Asbestos partagent depuis plusieurs années des équipements et services. Certaines propriétés sont d’ailleurs desservies par la municipalité voisine, compte tenu de la proximité des réseaux existants.

« Est-ce que les gens sont prêts pour la fusion? L’avenir nous le dira, mais les citoyens auront l’information juste pour se positionner. Nous aurons en main une analyse neutre qui permettra de voir si une telle fusion est acceptable et avantageuse de part et d’autre », affirme le maire de Danville.

Les coûts de cette étude étant assumés par le Ministère, Michel Plourde estime que les deux municipalités n’ont rien à perdre dans le processus. « S’il s’avère que la fusion n’est pas favorable ou que les citoyens ne sont pas d’accord, nous pourrons tout de même avoir des pistes pour de nouvelles façons de collaborer entre Asbestos et Danville. Et la question sera close », mentionne-t-il.