Plus de 200 personnes se sont présentées au Centre Mgr Thibault de Danville mercredi soir afin de comprendre davantage le processus de fusion engagé entre les municipalités d’Asbestos et Danville. Une rencontre semblable avait lieu jeudi à Asbestos.

Fusion Asbestos-Danville : les citoyens seront appelés à trancher

Avant de prendre une décision finale quant à la fusion des deux municipalités, les maires de Danville, Michel Plourde, et d’Asbestos, Hugues Grimard, se sont engagés cette semaine lors de rencontres citoyennes à tenir deux référendums afin de trancher la question.

La tenue de ces référendums, un dans chacune des municipalités concernées, serait la dernière étape du processus. Les citoyens pourront voter en faveur ou non de la fusion après avoir pris connaissance des résultats de l’étude menée par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT), conjointement avec la direction des villes.

« Les gens savent comment ça marche. Ça va être un vote, comme une élection. Si le résultat est non, ce sera non. Il y a même réflexion sur ce que sera le taux acceptable d’un oui. Ça va même plus loin, il faut réfléchir sur le taux de participation. Tout ça, c’est discuté, mais il n’y a rien de décidé », a commenté M. Plourde à la suite de la première rencontre, mercredi soir.

Rappelons qu’en septembre dernier, les maires adressaient une demande au MAMOT afin de pouvoir évaluer les avantages et les inconvénients d’une telle fusion.

Les résultats de l’étude devraient être livrés en avril. Advenant le cas où la fusion ne serait pas favorable pour une des deux villes ou les deux, ni l’une ni l’autre n’ira de l’avant avec le projet. Si toutefois le Ministère suggère une fusion, les élus procéderont aux référendums. Le vote pourrait se tenir en septembre.

Une première

Mercredi, plus de 200 personnes se sont présentées au Centre Mgr Thibault de Danville. Une rencontre semblable avait lieu jeudi à Asbestos.

« Je suis très satisfait que la population ait saisi l’opportunité de venir exprimer ses préoccupations à l’ensemble des élus. On voulait connaître les préoccupations en amont », a souligné Hugues Grimard, qui avait promis de la transparence dans le processus.

Miguel Herero, représentant du MAMOT, a travaillé sur plusieurs cas de fusion de municipalités. C’était la première fois qu’il était invité à participer à une telle rencontre citoyenne. Il a rappelé que le référendum est une démarche non obligatoire dans le processus de décision.

« Ce n’est pas obligatoire dans la loi, c’est nous qui avons décidé que c’était non équivoque qu’on voulait un référendum. Il faut que ça passe dans les deux villes. On savait, on le sentait, qu’il y allait avoir beaucoup de préoccupations. Mais il faut faire attention, il y a toujours une majorité silencieuse. Mais c’était le but de la soirée, d’inclure leurs réflexions dans notre réflexion à nous », souligne le maire de Danville, Michel Plourde.

Certains citoyens ont entre autres manifesté leurs craintes de perte d’identité, d’autres étaient inquiets des coûts supplémentaires que pourrait engendrer la fusion. Les élus assurent avoir pris tout en notes.

« On a entendu beaucoup les préoccupations pour leurs secteurs d’activités, la culture, les loisirs, les organismes communautaires… Il y a bien des choses qui ne sont pas sous notre emprise, mais je pense qu’il va falloir prendre le temps d’analyser de quelle façon on pourrait s’assurer d’avoir une synergie. La population a aussi laissé des questions et chaque question mérite d’être étudiée », indique Hugues Grimard.