Les funérailles du pilote valcourtois Guy Ouellette, décédé en piste la semaine dernière à Drummondville, ont eu lieu samedi midi à l'église Sainte-Bibiane de Richmond, sa ville d'origine. Le cercueil du coureur automobile était drapé des couleurs de son équipe et de son numéro 32.

Funérailles de Guy Ouellette : cérémonie sobre, témoignages élogieux

Famille et amis de toutes les générations se sont réunis afin de saluer une dernière fois le pilote automobile Guy Ouellette, samedi à Richmond. Rassemblés à l'église Sainte-Bibiane, dans sa ville d'origine, ses proches sont venus saluer le mordu de course décédé le 27 mai lors d'une course à l'Autodrome de Drummondville.
Quelque 200 personnes étaient assemblées dans l'église lorsque la famille et la dépouille de Guy Ouellette se sont dirigées vers l'autel, le pilote reposant dans un cercueil drapé des couleurs de son bolide et de son numéro 32.
C'est sa fille Fara qui a été appelée à livrer un émouvant hommage devant l'assemblée.
« Papa, tu es notre référence, un géant dans l'ombre. Tu nous as appris à rester soudés, à affronter nos peurs et à avancer avec la tête haute. Papa, tu nous avais préparés à beaucoup de choses, mais pas à ton départ soudain. Aide-nous à passer à travers ce cauchemar, cette colère qui nous habite jour après jour. »
Malgré toute la douleur ressentie par sa famille, c'est le côté positif du père, du mari et du fils qu'était Guy Ouellette qui a été mis à l'avant.
« Tu as rendu tes parents très fiers. Sache que nous t'aimons et que tu resteras l'homme de notre vie. »
Un tonnerre d'applaudissements a suivi les derniers mots de Fara à son père, le pilote de course. « Papa, tu as accompli ta mission. La lumière est verte, le départ est donné. Envole-toi. »
Coureur automobile sur terre battue, Guy Ouellette a toujours un mordu de voiture, de mécanique et de sports automobiles. Tous se souviennent de lui comme de quelqu'un de positif et de rassembleur et n'ont que de bons mots pour le décrire.
« Guy était une personne intègre, une personne de famille qui mordait dans la vie, un passionné », mentionnait son oncle Réal Ouellette.
Pour Fernand Bessette, dont le fils est coureur automobile, le pilote du bolide numéro 32 faisait preuve d'une grande gentillesse. « Guy aidait et complimentait autant ses coéquipiers que ses adversaires. Comme spectateur, j'appréciais sa constance. C'est un modèle dans la vie et dans le monde de la course. »
Les Granbyens Josée Poisson et Paul Talbot, de bons amis du pilote très impliqués dans le monde de la course, rappellent à quel point il faisait l'unanimité. « À l'autodrome, tout le monde n'avait que du positif à dire de Guy. Il ne disait jamais du mal d'une autre équipe. Comme le disait le pilote et chroniqueur automobile Bertrand Godin : tout le monde aurait aimé avoir Guy comme voisin, et c'est vrai », affirme Josée Poisson, émotive, en ajoutant qu'il va beaucoup lui manquer.
« Très difficile »
Lors de l'accident de la semaine dernière, Paul Talbot a vécu l'évènement de très près. C'est lui qui a amené la famille à l'hôpital. « J'ai vu l'accident et j'étais près de son épouse lorsque c'est arrivé. Cela a été très difficile. »
Il se souvient tout de même des bons moments passés avec son ami. « À la fin des courses, on prenait une bière autour du feu avec des ailes de poulet. C'était notre habitude. Je suis heureux de l'avoir connu, d'avoir passé de belles soirées avec lui. »
Après la cérémonie, Guy Ouellette a été inhumé au cimetière de la paroisse Sainte-Marie de Maricourt.