Forte progression du nombre d’infirmières

En Estrie, les effectifs infirmiers ont augmenté de presque 7 pour cent depuis 2013-2014, selon l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Au 31 mars 2018, 3153 infirmières et infirmiers exerçaient la profession dans la région, soit 4,5 pour cent de l’effectif provincial. La région se démarque avec un taux de croissance parmi les plus élevés du Québec, ajoute-t-on.

Le contingent infirmier compte quelque 200 infirmières et infirmiers de plus qu’il y a quatre ans, soit un taux de croissance de 6,6 pour cent, comparativement à un taux de 2,2 pour cent pour l’ensemble du Québec. 

D’ailleurs, la région compte un taux de 9,6 infirmières et infirmiers pour 1000 habitants, soit l’un des meilleurs taux au Québec. Le taux moyen pour l’ensemble de la province est de 9,6.

La forte croissance de l’effectif infirmier pourrait s’expliquer en partie par le taux élevé d’intégration des diplômés dans la région. En effet, au cours des cinq dernières années, 74 pour cent des infirmières et infirmiers nouvellement diplômés et formés dans un établissement d’enseignement de l’Estrie, notamment le Cégep de Sherbrooke et l’Université de Sherbrooke, ont obtenu un emploi dans la région.

Pour l’ensemble des régions du Québec, le taux d’embauche régionale moyen est de 64 pour cent, rapporte l’ordre. Ainsi, l’effectif infirmier de l’Estrie compte une forte proportion de jeunes infirmières et infirmiers (moins de 35 ans), soit 38 pour cent contre 33 pour cent dans l’ensemble du Québec.

75 000 infirmières inscrites à l’Ordre

Le Québec vient de passer le cap des 75 000 infirmières inscrites au tableau de l’Ordre. Et celles-ci... rajeunissent.

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec indique en effet, mardi, que 75 042 infirmières étaient inscrites au tableau de l’Ordre pour l’exercice 2017-2018. L’année précédente, elles étaient 74 254.

L’Ordre a délivré 3331 permis, qu’il s’agisse de nouvelles diplômées des cégeps ou des universités d’ici ou de diplômées de l’extérieur du Québec dont la formation a été reconnue et qui ont obtenu un permis, a précisé en entrevue Daniel Marleau, analyste en intelligence d’affaire à l’OIIQ.

Par ailleurs, l’effectif infirmier rajeunit. L’Ordre s’attend à ce que le nombre de départs à la retraite diminue, maintenant que la cohorte des baby-boomers achève de partir à la retraite.

La Presse Canadienne