Christian Vachon

Fondation Christian Vachon: les demandes d'aide affluent

MAGOG - Le même refrain revient constamment dans la bouche des élites économiques : l'économie roule à plein régime et les entreprises manquent de main-d'œuvre. Le constat paraît inattaquable, soit! Mais n'allez pas croire que le nombre de demandes acheminées à la Fondation Christian Vachon a diminué. En fait, l'organisme aide encore plus de jeunes cette année que l'an dernier.

Après l'analyse des demandes d'aide reçues ces derniers mois, la Fondation Christian Vachon a accepté de soutenir un total de 450 enfants cette année. Il s'agit d'un bond de 100 jeunes, si on compare avec 2017-2018.

« On n'a pas été plus permissif ou généreux que par le passé. On a simplement plus de demandes qui sont fondées. C'est inquiétant pour nous », concède le fondateur de l'organisme né à Magog, Christian Vachon, tout en se montrant déterminé à continuer de répondre aux besoins existants.

Les enfants que la Fondation prend sous son aile peuvent notamment recevoir des repas du midi pendant l'année scolaire et des vêtements neufs lors de la rentrée. Ou encore avoir droit à une inscription à une activité sportive.

« Il y a habituellement une explication derrière la croissance des demandes d'aide. Par exemple, une fermeture d'usine peut avoir un impact dans un milieu. En ce moment, c'est sûr que l'économie va bien, mais le coût de la vie a augmenté. Et puis la Fondation est mieux connue alors les gens se tournent plus vite vers elle. Les enseignants nous réfèrent d'ailleurs régulièrement des familles », explique Christian Vachon.

Plus tard cet automne, l'organisme magogois ajoutera des dizaines de noms d'enfants à sa liste. L'arrivée de la saison froide permet parfois de constater que des enfants n'ont pas de vêtements adéquats pour affronter le froid et la Fondation Christian Vachon est appelée en renfort. D'autres types de situations d'urgence surviennent également dans les semaines et mois suivant le début des classes.

Un outil additionnel

M. Vachon affirme que son organisme constitue une ressource additionnelle très utile pour certains enseignants. Des situations délicates sont à l'occasion dénouées grâce à ses interventions.

« Des enseignants finissent par avoir des œillères pour éviter de voir des situations qu'ils savent qu'ils ne pourront pas régler à l'école. Quand les problèmes en classe sont reliés aux moyens financiers plus faibles des parents, c'est plus compliqué. Mais notre support leur permet d'adresser des problématiques pour lesquelles ils n'avaient pas de solution avant de nous connaître. »

Par exemple, l'achat de vêtements neufs peut aider à faire cesser les gestes d'intimidation que subit un élève provenant d'une famille moins bien nantie. Les repas quant à eux permettent aux enfants qui les avalent d'être plus réceptifs en classe.

Les bonnes familles

S'assurer d'offrir du soutien aux enfants qui en ont réellement besoin n'est pas une tâche toujours facile. Voilà pourquoi l'organisme magogois achemine des formulaires de demandes vers les écoles et les familles tous les printemps.

« On recense les besoins tous les ans. L'idée, c'est de trouver les enfants dont les besoins de base ne sont pas comblés pour pallier la situation avant que le jeune tombe entre les mailles du filet. On avertit rapidement les parents lorsqu'on accepte d'offrir du soutien pour la rentrée scolaire. Comme ça, ils sont plus capables d'équilibrer leur budget et de prévoir à l'avance », indique Christian Vachon.

Le fondateur de l'organisme rêve maintenant de déployer ce service à travers tout le Québec. « On a reçu 100 000 $ du gouvernement provincial récemment. Par contre, mon but, ce n'est pas d'être financé tous les ans directement par le gouvernement. Non, je voudrais surtout que Québec m'aide à aller chercher des partenaires privés d'importance », révèle-t-il.