Des employés du Manoir Stanstead ont été en confinement complet d’un mois pour protéger la fragile clientèle de la COVID-19. Une expérience qui s'est très bien déroulée, dit  Suzie Adam, directrice générale du Manoir Stanstead.
Des employés du Manoir Stanstead ont été en confinement complet d’un mois pour protéger la fragile clientèle de la COVID-19. Une expérience qui s'est très bien déroulée, dit  Suzie Adam, directrice générale du Manoir Stanstead.

Fin du confinement d’un mois des employés du Manoir Stanstead

Des employés du Manoir Stanstead, une résidence pour personnes âgées privées, ont mis fin au cours des derniers jours à un confinement complet d’un mois pour protéger la clientèle de la COVID-19.

Une quinzaine de membres du personnel avaient volontairement décidé de demeurer sur place en permanence pour éviter que le coronavirus s’installe entre les murs du vénérable bâtiment de briques rouges de la rue Frontenac.

« Ça s’est bien passé, constate Suzie Adam, directrice générale du Manoir Stanstead. La première semaine, il y a eu des ajustements à faire, mais pour les trois autres semaines, tout a bien été. »

« Tout le monde s’est entraidé. Personne ne va dire je ne le fais pas ça parce que ce n’est pas ma job. C’est rendu la job de tout le monde. Je sais maintenant qu’aucun employé ne va appeler pour dire qu’il est malade parce qu’il ne veut pas travailler. Tout le monde sait ce que ça représente quand une personne manque. »

En tout, 14 employés sur la vingtaine que compte l’établissement avaient décidé de se lancer dans l’aventure au début d'avril. Une seule employée, mère de jeunes enfants, a quitté le navire. Un autre membre du personnel a pu prendre la relève, ajoute Mme Adam. Les derniers employés du confinement d’un mois ont terminé lundi matin.

« Une employée ne pouvait participer que si son chien venait avec elle tout le mois. On a accepté. Le chihuahua est devenu la mascotte du Manoir. Tous les matins, le monde voulait savoir où était Bobo! »

« Il y a eu des changements. Il fallait voir à des choses comme la coiffure, des soins comme les coupes des ongles. Plusieurs résidents ne peuvent faire ça eux-mêmes. » 

Manoir Stanstead héberge 53 pensionnaires. La moyenne d’âge est de 84 ans. La doyenne, « une belle dame bien droite », a soufflé 103 fois sur des chandelles.

Jusqu’à maintenant, ces personnes n’avaient pas eu à se plier aux exigences, n’étant pas confrontées au virus.

On doit maintenant prendre des mesures de distanciation, explique la directrice générale. On doit aussi mettre en place deux heures de repas différentes pour éviter que trop de résidents ne se retrouvent en même temps à un même endroit.

« C’est quand même terrible ce que ces personnes vivent. Loin de leur famille. Il ne leur reste pas beaucoup d’années… »

« Je suis contente de ce qu’on a pu leur offrir. C’était un peu une vie normale. Nous sommes comme une grande famille. Plusieurs de nos résidents participent à certaines petites tâches. Ils se tiennent occupés. C’est beau de les voir. »