Feu vert du département de l'Énergie américain pour Northern Pass

Le projet de ligne d'interconnexion entre le Québec et le New Hampshire vient de franchir une nouvelle étape du côté américain. Après avoir fait l'objet d'une approbation verbale au cours de l'été, le projet vient de recevoir le feu vert formel du département de l'Énergie des États-Unis, qui le considère maintenant « conforme à l'intérêt public ».

Le 16 novembre, le département de l'Énergie a délivré officiellement un « permis présidentiel » afin que le projet Northern Pass puisse traverser l'État du New Hampshire à partir de Pittsburg, près de la frontière canado-américaine, et se rendre jusqu'à Deerfield, dans l'État du Massachusetts.

Cette étape ne signifie pas pour autant que le projet de 1,6 milliard de dollars US est sur le point de voir le jour.

Le projet doit en effet obtenir l'aval de plusieurs organismes réglementaires locaux ainsi que des États de la Nouvelle-Angleterre avant sa mise en service prévue à la fin de l'année 2020.

L'une des décisions les plus attendues dans ce projet est celle que doit rendre le Comité d'évaluation des sites (SEC) en février 2018. Le SECaura notamment à se prononcer sur l'enfouissement de la ligne sur une distance de 100 kilomètres dans le secteur des montagnes Blanches.

Plusieurs organismes environnementaux de la Nouvelle-Angleterre, dont la Société pour la protection des forêts du New Hampshire, font pression auprès du SEC afin que les membres du comité refusent d'autoriser le projet.

« Le projet aura beau obtenir tous les permis qu'il veut, tant qu'il n'aura pas obtenu l'autorisation du SEC, il ne sera pas construit », a indiqué Will Abbott. vice-président de la Société de la protection des forêts du New Hampshire dans une entrevue au quotidien Union Leader.

Du côté d'Eversource, partenaire américain d'Hydro-Québec dans ce projet, on indique que l'autorisation du département de l'Énergie est un pas de plus vers la construction de la ligne de transport d'énergie.

« Tant du côté du New Hampshire que du côté canadien, le processus d'obtention des permis est en voie d'être complété, a indiqué le président d'Eversource Bill Quinlan. Maintenant que nous avons conclu des ententes avec les principaux contractants, nous allons pouvoir commencer la construction dès le milieu de l'année 2018 », a fait savoir Eversource par voie de communiqué.