La mairesse de Magog a fait remarquer que le promoteur avait accepté de réaliser son projet sans qu’un service à l’auto soit mis en place, ce qui aurait potentiellement pu entraîner des problèmes de circulation.

Feu vert au projet de station-service à Magog

Estridev a obtenu le feu vert de la Ville de Magog pour son projet de construction d’une nouvelle station-service avec dépanneur et restaurant à l’angle des rues Saint-Patrice et Principale. Il aura cependant fallu que la mairesse de Magog elle-même, Vicki-May Hamm, tranche le débat.

Il est rare que la mairesse soit appelée à voter pendant les assemblées publiques du conseil municipal de Magog, les décisions se prenant habituellement à l’unanimité ou après un vote n’impliquant que les conseillers. Mme Hamm a cependant fait pencher la balance lors de l’adoption du plan d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) qui s’appliquera sur les terrains de la future station-service.

Nathalie et Diane Pelletier, Yvon Lamontagne de même que Jacques Laurendeau étaient tous les quatre opposés à l’adoption du PIIA tel que présenté mardi. En contrepartie, Bertrand Bilodeau, Samuel Côté, Jean-François Rompré et Nathalie Bélanger étaient favorables.

« Je suis en faveur, a déclaré Vicki-May Hamm mardi. Concernant le visuel, c’est très satisfaisant par rapport à ce qui avait été exprimé par les citoyens. Et je suis très satisfaite de l’avis technique fourni concernant la circulation. »

La mairesse de Magog a fait remarquer que le promoteur avait accepté de réaliser son projet sans qu’un service à l’auto soit mis en place, ce qui aurait potentiellement pu entraîner des problèmes de circulation.

Mme Hamm a également révélé que, une fois le projet concrétisé, les automobilistes devront rouler uniquement en direction sud sur la rue Milette, exception faite pour un tronçon de quelques dizaines de mètres près de l’intersection Milette-Saint-Patrice.

Affirmant porter les « préoccupations des citoyens », la conseillère municipale Nathalie Pelletier a pour sa part admis que l’accès au terrain continuait à la préoccuper. « Au moins un des accès risque d’avoir un impact négatif sur la circulation de ce secteur et la fluidité de cette intersection », a-t-elle soutenu.

Mme Pelletier a ainsi plaidé pour qu’on attende avant d’adopter le PIIA. « En procédant à son adoption ce soir, ça deviendra le problème de la municipalité, si nous faisons face à des problématiques de circulation. Nous avons d’autres intersections problématiques, telle celle du MacDonald. Il s’agit d’un irritant pour des citoyens et ça peut être dangereux pour des usagers », a-t-elle noté.

Le président d’Estridev, Pierre Bolduc, estime quant à lui avoir fourni toutes les informations et données nécessaires à la municipalité. « J’ai une étude d’experts qui dit qu’il n’y aura pas de problème. Vous savez, les gens ont eu peur aussi pour la Société des alcools, qui est juste à côté, et ça se passe bien finalement », a-t-il argué.