Des milliers de personnes ont assisté au feu d’artifice qui a été présenté à la pointe Merry vendredi soir.

Feu d’artifice à la pointe Merry : au-delà des espérances

Une foule imposante a profité de la chaleur, vendredi soir, pour se rendre à la pointe Merry, où était présenté un feu d’artifice organisé à l’origine pour célébrer les 25 ans de la Cantine du lac.

Il est permis de croire que plus de 5000 personnes ont regardé le spectacle pyrotechnique préparé par la firme FAE pyrotechnie. Une portion de la rue Merry Sud a d’ailleurs été fortement congestionnée quand le public a quitté la pointe Merry, et ce, en dépit de la présence de policiers pour diriger la circulation.

Propriétaire de la Cantine du lac, Renaud Légaré affichait un large sourire avant même le début du spectacle. Il était agréablement surpris de la participation du public.

« J’aurais déjà été à l’aise si la foule avait été de 2000 personnes. Alors voir autant de monde ici ce soir, c’est au-delà de mes espérances », a-t-il confié à La Tribune vendredi peu avant le feu d’artifice.

La légende de Memphré, le monstre qui se cacherait dans le lac Memphrémagog, a été au cœur du spectacle offert. Un narrateur a raconté cette légende aux spectateurs en soulignant que la fameuse créature aurait été aperçue plus de 200 fois au fil des décennies. 

La mémoire de Jacques Boisvert, qui était perçu comme le « père de Memphré », a également été évoquée. Il a effectué plus de 5000 plongées dans le lac Memphrémagog avant son décès en 2006 et s’efforçait de propager la légende de la mystérieuse créature, d’abord véhiculée par les Abénakis qui vivaient près du plan d’eau.

Satisfaction

De toute évidence, le spectacle pyrotechnique a fait le bonheur de nombreux spectateurs vendredi soir. « C’était vraiment bon, a lancé Kathy Vadnais. Même si le feu était intense, il y avait malgré tout une certaine douceur et de la magie. La musique était bien agencée. Honnêtement, je ne m’attendais pas à autant. C’était féerique! »

Avant la présentation du feu d’artifice, un autre citoyen, Claude Ruel, saluait pour sa part la décision de Renaud Légaré d’organiser un tel événement. « C’est une très bonne idée. Et c’est plaisant que ce soit gratuit. Espérons qu’une deuxième édition se tiendra l’an prochain », a-t-il confié.

L’événement a été entièrement financé par des entreprises et de simples citoyens. Plus de 25 000 $ ont été amassés pour embaucher la firme FAE pyrotechnie et assumer les autres dépenses.

« Je suis prêt à organiser une deuxième édition l’an prochain, a déclaré Renaud Légaré vendredi. Si je suis capable d’amasser une 10 000 $ auprès des citoyens avant le 1er septembre, il y aura une autre édition en 2020. »