L’organisation locale de l’Opération Nez rouge du Val-Saint-François a décidé de ne pas offrir le service de raccompagnement pour les personnes ayant trop bu lors de la prochaine période des Fêtes.

Faute de bénévole, Nez rouge ne revient pas dans le VSF

La difficulté de recruter des bénévoles force l’abandon de l’Opération Nez rouge Val-Saint-François en vue de la prochaine saison des raccompagnements pour les personnes ayant trop bu.

Le comité organisateur a pris la décision de retirer le service pour la campagne 2019, à la lumière des difficultés de recrutement de bénévoles afin d’assurer un service de raccompagnement satisfaisant au cours de plusieurs soirées, notent Stéphanie Hoarau, coordonnatrice de l’Opération Nez rouge de Sherbrooke et sa région, et Jimmy Dessureault, coordonnateur du service dans la MRC du Val-Saint-François.

Également, l’organisation, qui était maintenue par une poignée de bénévoles, a vécu « plusieurs revers » en ce qui concerne l’implication d’organismes qui œuvrent pour la jeunesse et/ou le sport. 

« Bien que l’organisation ait exprimé le besoin d’installer la centrale d’opération dans un local adéquat, la Ville de Windsor n’a pas répondu favorablement à la demande. Enfin, le soutien des municipalités de la MRC du Val-Saint-François s’est avéré de plus en plus timide envers l’organisation, ce qui ne permet pas à celle-ci de respecter l’exigence du Secrétariat national qui consiste à remettre 100 % des dons aux organismes bénéficiaires », écrit-on dans un message sur Facebook.

Le maître d’œuvre régional sera tout de même ouvert à analyser la possibilité d’une réimplantation du service dans le Val-Saint-François dans le futur, selon l’intérêt perçu des municipalités, des organisations et des communautés locales, ajoute-t-on.

Les bénévoles qui désirent faire des soirées de raccompagnement sont invités à s’inscrire auprès de la centrale de Sherbrooke par le biais du site internet. 

On invite quand même la communauté à planifier son retour à la maison de façon sécuritaire par des chauffeurs désignés, un taxi et autres services de raccompagnement durant le temps des Fêtes.

Rappelons que l’an dernier la centrale de Windsor avait dû fermer ses portes deux samedis soirs, n’étant pas en mesure de former des équipes de transport.