Eliane Bolduc et Émilie Bertrand, toutes deux étudiantes en sciences humaines au Collégial du Séminaire de Sherbrooke, ont mérité une médaille d’argent à la finale pancanadienne de l’Expo-sciences pour leur projet de dépistage et de traitement des mammites.

Expo-sciences : Émilie et Eliane dépassent leurs attentes

Deux amies qui fréquentent le Collégial du Séminaire de Sherbrooke, Émilie Bertrand et Eliane Bolduc, ont uni leurs efforts pour élaborer un protocole de cultures de bactéries exécutable par les producteurs laitiers pour traiter la mammite, une infection courante chez les vaches laitières. Leur protocole permet aux producteurs de détecter les mammites et de les traiter de manière préventive.

Même si l’idée initiale trottait dans la tête de Eliane depuis environ six ans, elle qui a grandi sur une ferme laitière à Compton, les deux jeunes chercheuses ont concrétisé l’entièreté de leur projet scientifique en l’espace de quatre mois seulement. Leur efficacité s’explique en partie par leurs particularités, alors qu’elles se complètent mutuellement.

« Eliane est la scientifique qui a grandi sur la ferme, tandis que je suis la mathématicienne qui vulgarise le contenu pour le grand public, explique Émilie en riant. On a chacun nos forces, ce qui fait qu’on se complète bien. Eliane avait déjà commencé à travailler sur le projet lorsqu’elle m’a demandé de me joindre à elle, ce que j’ai fait sans anticiper tout le succès qui allait venir. »

Succès surprise

Les deux élèves en sciences de la nature ont mis leur recherche sur pied dans le cadre du projet intégrateur, une étape charnière du parcours cégépien. Elles ont été encouragées à prendre part à l’Expo-sciences régionale, sans trop savoir à quoi s’attendre. Peu de temps après, elles participaient à la finale pancanadienne à Ottawa, récoltant nombre de bourses à diverses universités canadiennes en chemin.

« On a gagné le premier prix toutes catégories confondues à l’Expo-sciences régionale. On ne s’était pas fait de hautes attentes, ce qui a rendu notre victoire encore plus excitante, raconte Eliane. Notre projet a ensuite été sélectionné à la Super Expo-sciences provinciale pour faire partie des 18 qui allaient être présentés à la finale pancanadienne. On s’est finalement classée dans le top 30 en obtenant une médaille d’argent, ce qui surpassait toutes nos attentes lorsqu’on s’est lancée dans le projet! »

Un protocole complexe, simplifié

Le protocole élaboré par les deux amies permet de dépister la mammite, la maladie qui affecte les vaches en plus grande proportion, avant même que les premiers symptômes se fassent sentir. Les producteurs laitiers peuvent directement diagnostiquer et soigner leurs vaches, sans avoir à envoyer des échantillons au vétérinaire et à attendre le verdict.

« Le test est très simple à faire à la maison, c’est seulement le protocole qui n’avait pas été vulgarisé de manière à ce que ce soit accessible pour tous, confie Eliane. Ça va permettre aux producteurs d’obtenir une meilleure production de la part de leur troupeau, tout en réalisant des économies substantielles. C’est une infection contagieuse qui peut se propager chez les humains en raison de bactéries communes, de là l’importance de bien la traiter et d’éviter l’antibiorésistance. »

Sagesse

Le projet scientifique des deux Estriennes représente une opportunité d’affaires en or, alors que le protocole n’est pas disponible sur le marché. Loin d’ignorer cette information qui pourrait changer leurs vies, elles préfèrent sagement se concentrer sur l’impact positif que leur protocole peut avoir auprès de milliers de producteurs laitiers autour du monde au lieu de s’enrichir.

« On a vite réalisé qu’il y avait beaucoup d’argent à faire avec ça, étant donné que la trousse de dépistage n’est pas disponible intégralement en magasin, relate Émilie. Cependant, nous avons jugé que l’enjeu est trop important pour mettre un prix et faire du profit. Notre but est que tous les producteurs puissent se procurer les éléments nécessaires, de manière à ne pas empêcher de producteurs d’y accéder. »