90 nouveaux cas de COVID-19 s'ajoutent au bilan de l'Estrie
90 nouveaux cas de COVID-19 s'ajoutent au bilan de l'Estrie

Explosion de cas de COVID-19 en Estrie

Lilia Gaulin
Lilia Gaulin
La Tribune
L’Estrie a fracassé un triste record dimanche alors que 90 nouveaux cas de COVID-19 ont été déclarés dans la région. Il s’agit du bond quotidien le plus important depuis le début de la pandémie.

Le total de cas positifs depuis le printemps s’élève à 3088. Aucun décès ne s’ajoute au dernier bilan. Le total reste donc à 46.

Le réseau local de services (RLS) des Sources est l’endroit le plus touché avec une hausse de 29 cas. Deux nouveaux cas sont reliés à l’éclosion concernant la salle de quilles d’Asbestos.

Sherbrooke suit de près avec une augmentation de 22 cas. Quatre nouvelles infections se sont également ajoutées à l’agrégat touchant les municipalités de Lac-Mégantic et de Frontenac.

« Nous avions vu la cadence monter au cours de la dernière semaine avec des données dépassant nos plus grosses journées de la première vague. Tous les groupes d’âge et les secteurs de notre territoire sont touchés, mais nous avons trois zones plus critiques : les secteurs d’Asbestos, de Lac-Mégantic et de Granby où de nouvelles mesures plus restrictives ont été mises en place pour freiner la propagation », souligne le directeur de santé publique en Estrie, le Dr Alain Poirier.

En plus des appels ciblés au dépistage, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a autorisé la dérogation afin que le nombre de visiteurs dans les résidences privées pour aînés passe temporairement de 6 à 2 à la fois pour chaque résident, et ce, tout en maintenant l’application stricte des mesures de protection. 

Cette dérogation s'applique dans les trois zones les plus critiques de la région soit les secteurs d’Asbestos, de Lac-Mégantic et de Granby.

« Nous l’avons vu sur notre territoire et ailleurs en province, lorsque le virus s’invite dans une résidence où se trouvent des aînés, les conséquences peuvent être catastrophiques. C’est une mesure normalement associée au palier d’alerte rouge, mais nous l’avons demandée pour éviter d’exposer inutilement les personnes de 70 ans et plus hébergées dans un lieu commun », explique le Dr Poirier.

Infographie <em>La Tribune</em> 

Bonne nouvelle du côté de l’Hôpital de Granby. L’éclosion ayant infecté cinq usagers et huit employés est terminée depuis le 6 novembre.

L’Estrie reste toujours au palier orange. Selon un communiqué du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, il est trop tôt pour mentionner si la région ou un secteur de son territoire passera au rouge. Les directeurs de la santé publique provinciaux et les autorités gouvernementales se rencontrent chaque dimanche pour évaluer la situation.

La Santé publique rappelle que le nombre de cas positifs confirmés quotidiennement n’est que l’un des indicateurs qui déterminent le passage d’un palier d’alerte à un autre.