Le candidat à la mairie de Lac-Mégantic, Ronald Martel, réclame un moratoire sur le projet de l'ex-usine Billots Sélect Mégantic.

Ex Billots Sélect Mégantic : Martel réclame un moratoire

Le candidat à la mairie de Lac-Mégantic Ronald Martel réclame un moratoire sur le projet de l'ex-usine Billots Sélect Mégantic (BSM). Il demande au conseil municipal actuel de suspendre le projet de revitalisation de l'édifice ayant abrité l'entreprise. Une demande qui a fait vivement réagir Julie Morin, conseillère municipale qui brigue maintenant la mairie, qui voit dans cette initiative un projet phare.
Le projet en cours de réalisation doit abriter trois composantes : le centre magnétique (un centre d'entrepreneuriat), le marché public et un espace jeunesse.
« Après des millions dépensés pour exproprier Roch Grenier et son entreprise BSM, après des millions pour payer les indemnités imposées par le Tribunal administratif du Québec, et des millions planifiés pour la rénovation et la revitalisation de l'ex-scierie, totalisant tout près de 20 M$, on s'apprête à en remettre l'usage à trois organismes communautaires OBNL, qui ne seront pas en mesure de rapporter des taxes foncières à Lac-Mégantic », fait-il valoir.
« Ça me confirme à quel point on a des visions différentes. Il nous dit d'arrêter de travailler, alors qu'il faut travailler encore plus fort », lance Mme Morin en soulignant qu'il fallait plutôt donner de l'espoir aux Méganticois.
Le candidat, en congé sabbatique de son travail de journaliste correspondant pour La Tribune, mentionne dans un communiqué qu'il faut « réanalyser rapidement le dossier avant de consulter la population et de rajuster le tir ». « Nous ne sommes aucunement contre la réalisation ou la relocalisation de ces projets qui peuvent facilement être situés ailleurs », note M. Martel.
Il estime également « que la Ville de Lac-Mégantic doit cesser de se comporter en promotrice et laisser aux promoteurs privés et indépendants le soin de réaliser des projets qui vont contribuer à créer de la richesse collective ».
Réseau d'innovation
Julie Morin note que cette intervention survient alors que des villes comme Lac-Mégantic plaident pour l'implantation d'un réseau de hubs innovants (sorte d'incubateurs) au sein de chaque région et de territoire du Québec afin de promouvoir et soutenir l'entrepreneuriat et l'innovation à l'ère du numérique.
Lac-Mégantic est d'ailleurs l'un des 19 signataires d'un manifeste proposant l'implantation de ce réseau, aux côtés de Magog et de l'Université de Sherbrooke notamment.
Le manifeste a été lancé dans le cadre du 5e Forum des idées pour le Québec, qui a eu lieu à Saint-Hyacinthe ce week-end et qui se penchait cette année sur le thème du développement des régions au 21e siècle.
« Il parle de projets communautaires, mais la réhabilitation est un projet de développement économique. C'est une synergie, ce sont trois projets qui ne peuvent se dissocier », fait valoir Mme Morin. « Je trouve que ça manque de vision (...) Qu'a-t-il à proposer d'autre pour revitaliser la communauté? »
Il est trop tôt, selon l'élue municipale, pour avancer les coûts du projet : le plan d'affaires est toujours en préparation. « On n'est pas à l'étape de nommer des montants. On a demandé des plans d'architecte, laissons-les revenir... »
« Il va falloir trouver de l'argent pour financer ce projet. La Ville veut investir, mais à quel niveau, on ne le sait pas encore », ajoute-t-elle.