Évacuations décrétées à Weedon

WEEDON – Après que le cours d’eau ait atteint un débit record au printemps dernier et que plusieurs résidences ont été inondées, Dame Nature n’a pas laissé de répits aux citoyens demeurant sur les berges du lac Louise. Bien qu’un avis d’évacuation a été émis pour 250 riverains, la plupart d’entre eux ont décidé de rester dans leurs demeures pour la nuit.

Selon les données hydrogéologiques du ministère de la Sécurité publique du Québec, le niveau des cours d’eau continuera à monter et ces derniers atteindront un niveau critique similaire aux inondations du printemps 2018 au cours de la nuit de samedi à dimanche. Les équipes de la Croix-Rouge ont été demandées à l’hôtel de ville de Weedon pour rediriger les sinistrés vers des lieux sécuritaires où ils pourront passer la nuit et les prochains jours, ont indiqué les responsables de la municipalité.

« Pour le moment, il y a plus de cinq rues qui sont complètement recouvertes d’eau autour du lac. On a établi un record dans l’histoire de la municipalité au printemps passé en termes d’inondations et si la situation ne s’améliore pas drastiquement, on va battre le record une fois de plus cette année. Les mesures d’urgence ont été mises en place pour accompagner les sinistrés dans leurs démarches d’évacuation et de relocalisation temporaire », explique le maire de Weedon Richard Tanguay.

En prévision de la crue des eaux, causée par les pluies torrentielles et la fonte des dernières neiges, la municipalité a émis un avis d’évacuation en début de journée samedi aux riverains qui habitent les berges à longueur d’année, ce qui représente environ 250 demeures lorsque l’on exclut les chalets.

« On a procédé à l’émission d’un avis d’évacuation pour près de 250 résidences en bordure du lac. Une bonne partie d’entre eux sont habitués aux inondations et ont adapté leurs résidences en conséquence, que ce soit en l’élevant ou en disposant de pompes. La majorité d’entre elles n’ont pas de sous-sol. C’est ce qui explique que pour le moment, beaucoup de citoyens restent sur place et attendent que la situation s’empire avant de quitter leurs domiciles », poursuit M. Tanguay.

La rivière au Saumon est elle aussi sortie de son lit à la hauteur du ruisseau McGill, causant des inondations mineures aux riverains du cours d’eau.

La rivière Eaton menace

Du côté de Cookshire-Eaton, la rivière Eaton est venue bien près de sortir de son lit en journée et menace toujours de le faire. Les résidents de la trentaine de domiciles du secteur de la rue Eaton, situé directement sur les berges de la rivière qui a fait des siennes l’année dernière, sont sur le qui-vive. Même chose pour la municipalité, qui surveille de près la situation.

À Cookshire-Eaton, la rivière Eaton se faisait menaçante, samedi après-midi.

« La rivière est près de déborder, mais elle est toujours dans son lit, confirme Sylvie Lapointe, mairesse de Cookshire-Eaton. On est en mode d’alerte inondation depuis le début de la journée de samedi, mais on ne ressent toujours pas le besoin de donner l’ordre d’évacuer pour les citoyens qui habite sur les berges. Les résidents des rues Eaton, Albert, Bellevue, des Trembles et Castonguay ont été avisés d’une possible évacuation. »

« On s’en tire très bien pour le moment et on espère que la pluie va cesser. Si c’est le cas, on devrait être correct et aucune des résidences ne devrait être inondée. On surveille l’activité de la rivière sans cesse jusqu’à ce que son niveau descende pour s’assurer d’être prêt si l’on doit procéder à l’évacuation des résidents », conclut la mairesse de la municipalité la plus populeuse du Haut-Saint-François, se croisant les doigts pour que la pluie cesse de déferler.

Les résidents ont accès à des sacs et du sable à la Caserne de pompiers pour la protection de leurs demeures et un centre d’hébergement sera ouvert pour accueillir les personnes évacuées. Une équipe de coordination est sur le terrain pour évaluer la situation et être en contact avec la population pour donner des conseils de sécurité et évacuer au besoin.

Windsor

Les autorités municipales et l’Organisation municipale de sécurité publique (OMSP) de Windsor sont aussi sur le qui-vive. On a enclenché la phase ALERTE en raison des risques d’inondation. Les précipitations attendues risquent de gonfler encore davantage la rivière Saint-François. 

Des équipes du service des travaux publics de la Ville de Windsor ainsi que de la Régie des incendies ont été déployées sur le terrain pour surveiller la situation et, éventuellement, venir en aide rapidement aux citoyens du secteur.

La route 143 a été fermée samedi matin par le Ministère des Transports à la hauteur de Val-Joli et le chemin Greenlay Nord a été fermé à proximité de la route 249.

La Ville de Windsor a mis à la disposition des citoyens qui le souhaitent des sacs de sable dans le stationnement de la cour municipale.