Guy Letendre, Caroline Roy ainsi que leurs fils Jérôme et Édouard pourront passer le temps des Fêtes dans leur maison, après avoir vécu pendant quatre mois et demi dans une chambre au Collège Rivier.

Enfin de retour à la maison

La famille Letendre-Roy a poussé un soupir de soulagement la semaine dernière, quand elle a pu retourner dans sa maison de la rue Bonin, à Coaticook.

Ça faisait déjà quatre mois et demi que Caroline Roy et Guy Letendre habitaient avec leurs fils Jérôme et Édouard dans une chambre du Collège Rivier. Ils avaient dû quitter leur grande maison de pierre des champs parce qu’un mouvement de sol et un bris des fondations avaient rendu celle-ci infestée de moisissures, au point de rendre Mme Roy malade.

« C’était merveilleux de pouvoir dormir dans notre lit. On n’a pas de sapin de Noël, de décorations ou de cadeaux cette année : notre bonheur, c’est tout simplement de dormir dans notre lit », a raconté Mme Roy quelques jours après le retour à la maison.

La famille avait lancé un appel à l’aide lorsqu’elle a dû quitter sa maison : les travaux pour la remettre en état s’élevaient à 170 000 $. Déclarer faillite n’était pas une option; Caroline Roy est propriétaire de l’entreprise Cuisine L’Angélique, qui emploie 17 personnes et produit de la nourriture sans gluten, et ne voulait pas perdre ce qu’elle avait bâti.

À deux doigts de tout perdre

La famille a donc démarré une campagne GoFundMe pour amasser des fonds. Ce sont plus de 28 000 $ qui ont été amassés ainsi – une belle somme, mais encore loin du montant requis pour effectuer les travaux. Certains donataires sont passés par chèque ou par PayPal, mais même avec toute cette générosité, les fonds amassés ne suffisaient pas à couvrir les coûts importants requis pour entamer la première phase des travaux (solidification, pieutage, drainage, etc.), qui était la plus dispendieuse et la plus nécessaire. « On est passé à deux doigts de tout perdre », souligne Mme Roy.

Heureusement, des membres de leur famille élargie ont été touchés par la situation et ont fait un don pour que la première partie des travaux puisse commencer.

Des compagnies ont également contribué en réalisant des travaux gratuitement pour la famille, notamment la Plomberie Boston, de Drummondville, ou encore Dessins RJC, de Coaticook. « Des gens de la collectivité sont aussi venus faire un bis de grand ménage, parce que tout à l’intérieur de la maison était blanc et couvert de poussière à cause des travaux! On a aussi reçu de l’aide pour poser la tourbe in extremis à -10 degrés avant qu’il soit trop tard pour la poser », souligne Mme Roy, qui se dit très reconnaissante de toute cette aide.

120 000 $ en dons

Au total, en comptant le coût des travaux, c’est près de 120 000 $ que la famille a reçu en dons de la collectivité, ce qui a permis non seulement d’effectuer les travaux majeurs, mais également la décontamination.

Il manque un dernier 20 000 $ pour pouvoir terminer les travaux essentiels avant l’hiver. En effet, l’isolation du sous-sol et la construction des murs de contour doit être effectuée avec que l’hiver arrive, et que les changements de température affectent la maison. « On n’aura pas un sous-sol fini comme avant, mais il faut au moins que l’on refasse les murs de contour du sous-sol », souligne Mme Roy.

La famille doit aussi faire l’acquisition d’un échangeur d’air.

Une situation exceptionnelle

Ce sont des failles dans la fondation de la bâtisse qui ont créé le problème de moisissures, qui est longtemps passé inaperçu.

« Ça s’était fait avec les années, on avait toute une colonie dans la maison. Les spécialistes nous ont dit qu’en 25 ans, c’est un des cas les plus graves qu’ils ont vus, autant en termes de superficie que de concentration. On avait du radon en plus... tout le package deal. On a vraiment eu raison de partir, c’était temps qu’on découvre ça. »

La santé de Caroline Roy va mieux depuis le déménagement initial, mais son système demeure très sensible à la poussière.

Certains objets pratiquement impossibles à décontaminer devront être jetés par la famille, notamment quelques biens irremplaçables, comme des dessins d’enfants.

Pour aider la famille Letendre-Roy, on peut se rendre sur le site www.sauvonsnotremaison.com/.