Le projet du Centre mère-enfant et de l’urgence de l’Hôpital Fleurimont viendront se greffer au bâtiment existant de l’hôpital.

Encore des délais en vue pour le centre mère-enfant

Il faudra encore patienter avant la première pelletée de terre du centre mère-enfant et de la nouvelle salle d’urgence de l’Hôpital Fleurimont. L’objectif de la Société québécoise des infrastructures (SQI) est toujours de livrer le bâtiment au printemps 2024 et « on travaille à l’optimisation de cet échéancier », souligne prudemment le porte-parole de la SQI Martin Roy.

La SQI a embauché en juin les équipes d’ingénieurs et d’architectes qui finalisent les plans et devis, une étape longue, mais essentielle avant le début de la construction dans un projet d’une telle ampleur.

À LIRE AUSSI: « Hors de question de faire des compromis » pour le Centre mère-enfant

Les pédiatres dénoncent les délais «inacceptables» du Centre mère-enfant

« Nous sommes aussi sur le point d’octroyer un contrat pour la gérance de construction. Le gérant de construction est un joueur très important dans la réalisation du projet. C’est lui qui détermine quelles étapes peuvent être faites en même temps, par exemple creuser ici et faire telle autre chose en parallèle », précise Martin Roy, porte-parole de la SQI.

Il est encore trop tôt, donc, pour dire quand résonneront les premiers coups de marteaux-piqueurs sur le site de l’hôpital universitaire.

Au cours de la dernière année, il aurait déjà été question de faire des choix pour que le bâtiment puisse être construit avec le budget initial. Toutefois, avant de quitter l’établissement pour sa retraite le 1er juin dernier, l’ex-présidente-directrice générale du CIUSSS de l’Estrie-CHUS Patricia Gauthier avait affirmé en entrevue à La Tribune qu’il était pour elle « hors de question de faire des compromis et que le bâtiment ne corresponde pas à nos besoins cliniques dès le départ ».

Aujourd’hui, la SQI envisage-t-elle de « faire des compromis » pour que le bâtiment coûte moins cher à construire? « Les besoins qui ont été énoncés au départ sont toujours là, et c’est dans cet esprit qu’on travaille », avance prudemment Martin Roy.

Le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a décliné les demandes d’entrevue en référant à la SQI qui gère le projet de construction.

Multiples reports

Rappelons les multiples rebondissements survenus dans la mise en place de ce projet qui a vu le jour au département de pédiatrie de l’Hôpital Fleurimont en 2004.

C’est finalement en janvier 2017 que la SQI a lancé un appel de propositions pour la construction d’un bâtiment évalué à 198 M$. La phase 1 du projet, c’est-à-dire la phase préparatoire où l’on déplaçait les stationnements et le garage des ambulances, a été amorcée en avril 2017 et s’est terminée en octobre, exactement tel que prévu.

La phase 2, la construction du bâtiment, devait commencer peu après à l’automne 2017. Mais tout s’est arrêté parce que la SQI n’avait reçu qu’une seule soumission et celle-ci dépassait de plusieurs dizaines de millions le budget fixé à 198 M$ dans le cadre du premier appel de propositions.

Les travaux de construction du Centre mère-enfant et de la nouvelle urgence du CHUS Fleurimont devaient se terminer initialement en 2020.

Le projet n’a été relancé qu’en mars 2019 alors que la SQI a repris les appels d’offres « en lots » plutôt qu’un appel d’offres pour l’ensemble du projet, comme la première fois.

Les délais pour la réalisation ont non seulement été repoussés, mais aussi évalués plus longs que prévus. Il serait question de dix mois pour les plans et devis et de 17 mois pour les autres étapes, en plus du déménagement et de l’aménagement, pour une durée totale estimée de 34 mois.