Un ver de terre a été formé à partir de bacs bruns ramenés au bureau municipal à Ham-Sud.

En faveur du compostage, mais contre les bacs bruns

Des adeptes du compostage domestique de Ham-Sud s’indignent d’être contraints de payer pour un bac brun, alors qu’ils peuvent traiter eux-mêmes leurs matières organiques sur leur vaste terrain en milieu rural.

« Je veux être bien claire, je suis en faveur du compostage et de la réduction des déchets. J’aurais cependant souhaité que le conseil municipal tienne compte de la réalité de notre milieu rural avant d’imposer le compost domestique. Il existe d’autres solutions en milieu rural que de ramasser les matières organiques dans des bacs bruns » , signale une citoyenne de Ham-Sud, Hildegund Janzing.

Pour protester contre la décision du conseil municipal d’Ham-Sud de leur imposer un bac de plastique de 240 litres pour y placer les matières compostables afin de les acheminer à un centre de valorisation, une vingtaine de citoyens de la municipalité qui compte 240 habitants se sont tournés vers une certaine forme d’art pour manifester leur mécontentement.

Ils ont retourné leur bac brun au bureau municipal. Ces deniers ont été placés sur le côté pour représenter un ver de terre, un élément contributif à la formation de compost maison.

« Nous produisons notre compost de la façon la plus écologique. Il y a des municipalités rurales, comme Saint-Adrien juste à côté, qui ont adopté des façons de faire mettant l’accent sur l’éducation au compost domestique au lieu de faire circuler un camion sur plusieurs kilomètres dans la municipalité et d’expédier ces précieuses matières à l’autre bout de la région. Il est beaucoup plus logique d’utiliser le compost pour fertiliser nos plates-bandes et potagers », signale Mme Janzing.

Cette citoyenne est bien consciente que même si elle a retourné son bac brun à la municipalité, elle aura l’obligation légale de payer le montant de 78 $ qui lui est réclamé.

Le maire de Ham-Sud, Serge Bernier, signale que ce règlement pour mettre en place la collecte des matières organiques et acheter des bacs bruns payés par les contribuables a été adopté à l’unanimité par le conseil municipal.

« Nous parlons de ce projet depuis 2016 et nous avons même informé la population. Ça ne semble être qu’un petit groupe qui s’oppose », assure le maire de Ham-Sud.

Il mentionne que la collecte des matières organiques n’entraînera pas nécessairement de déboursés supplémentaires par la municipalité étant donné qu’il y aura une réduction de la fréquence des collectes de déchets.

« Nous n’imposons pas à nos citoyens d’utiliser leur bac brun. Ils sont obligés de le payer, mais par la suite, ils ne sont pas obligés de l’utiliser. Rien ne les empêche de faire leur compost domestique s’ils le désirent. La seule chose que nous voulons c’est d’éviter qu’ils mettent les matières organiques dans les vidanges », signale le maire de Ham-Sud.