L'hôtel de ville de Compton est menacé de démolition.

En Cour supérieure pour stopper la démolition de l’hôtel de ville

Le groupe Action citoyens de Compton portera son opposition à la démolition de l’hôtel de ville, un bâtiment centenaire rénové à maintes reprises au cours des dernières années, devant la Cour supérieure du Québec.

La discorde entre le groupe communautaire mené par Denis Loubier et le conseil municipal de Compton se poursuit. Le conseil municipal avait annoncé en juin dernier qu’une expertise effectuée sur la structure par la firme SMI avait démontré que le bâtiment représentait un danger pour les utilisateurs et qu’il coûterait plus cher de le rénover que d’en construire un nouveau, poussant le maire à commander sa démolition.

Lire aussi: Compton défend sa décision de démolir l'hôtel de ville

Démolition précipitée de l'ancien hôtel de ville de Compton?

«On a déposé une action à la cour pour demander de suspendre temporairement les travaux que la municipalité a entrepris et les dépenses reliées à ce projet en attendant d’avoir une deuxième expertise», explique M. Loubier, président du collectif citoyen, qui juge que l’expertise effectuée par la firme SMI est incohérente.

Le recours a été présenté à la Cour supérieure du Québec, le tribunal de droit commun qui a juridiction sur l’ensemble du territoire de la province. Une demande introduction d'instance en nullité, en injonction interlocutoire et en injonction provisoire a été déposée à la Cour supérieure mercredi et sera présentée le 24 septembre prochain.

«On a un avocat au dossier et il a déposé une requête. Il y a trop d’irrégularités dans les données présentées dans le rapport de la première expertise. Plus on creuse dans le dossier, plus on s’aperçoit que les données sont fausses», poursuit M. Loubier, croyant mordicus qu’une deuxième expertise dévoilerait des besoins bien différents.


« Le patrimoine culturel est important et tient à cœur aux gens de la communauté. »
Denis Loubier

Les citoyens du collectif communautaire souhaitent que leur demande soit traitée le plus rapidement que possible, alors que des fonds publics sont utilisés pour la mise en branle des travaux de démolition. Le conseil municipal s’est exilé au presbytère de l’église de Compton pour la durée des travaux, la démolition étant prévue pour l’automne.

«Le patrimoine culturel est important et tient à cœur aux gens de la communauté, qui nous envoient plein de messages pour nous dire de continuer dans nos démarches. On a véritablement vécu et grandit là-dedans», conclut-il, entretenant la possibilité d’obtenir des fonds de la part du gouvernement pour rénover l’édifice patrimonial.

Réplique du conseil municipal

Par voie de communiqué, le maire de Compton Bernard Vanasse assure que la municipalité ira défendre son dossier à la cour. «Nous avons agi dans l’intérêt des citoyens avec des démarches sérieuses et nous n’avons pas l’intention de reculer»,  fait-il savoir.

Le maire de Compton se désole de voir que le projet pourrait être retardé, lui qui estime qu’il est devenu essentiel après le constat des risques que représente le bâtiment pour la population.

«Malgré les affirmations, la sécurité, ce n’est pas une question d’opinion. Les conclusions du rapport de l’ingénieur sont très claires. Le bâtiment représente un risque pour la vie et la sécurité des usagers», conclut-il, défendant catégoriquement l’expertise réalisée par la firme SMI.