Depuis 2012, des citoyens de Val-Joli résidant du secteur du 10e rang et de la route 249 doivent composer avec une problématique de puits contaminés au benzène.

Eau potable à Val-Joli : Un problème réglé, l’autre perdure

L’enquête sur la problématique de l’eau souterraine provenant de puits résidentiels dans le secteur de Saint-Gabriel à Val-Joli est complétée. Après cinq ans, il est possible d’affirmer que le taux trop élevé d’arsenic et de manganèse dans l’eau vient de l’ancien site d’enfouissement de la compagnie Domtar situé tout près. Le raccordement des résidences avec le système d’eau de Windsor est en processus.

« Ça vient de notre site de résidus de pâtes et papier qui a été en fonction de 1983 à 1993. Toute la conception, construction et la fermeture avaient été faites conformément aux lois et règlements du ministère de l’Environnement. On a présenté un plan correcteur, et la meilleure solution pour les citoyens pour assurer de l’eau potable à long terme, c’est d’assurer le raccordement au système d’eau de la Ville de Windsor », indique Sylvain Bricault, directeur général de l’usine de Windsor.

Dès l’observation des problèmes d’eau il y a cinq ans, Domtar avait accepté d’assumer les coûts de raccordement, de l’enquête et ceux liés aux tests. La problématique avait été soulevée lorsque des citoyens avaient fait construire leur maison en bordure du site et que la couleur de leur eau semblait anormale.

Le site d’enfouissement a notamment accueilli de la boue de chaux et des écorces de bois dans le passé.

« On fait présentement des tableaux d’ingénierie, on rencontre les citoyens pour faire l’installation en 2019. On parle d’une trentaine de résidences touchées », ajoute M.Bricault, dont l’entreprise assurera tous les frais de raccordement.

L’enquête a relevé que les résidants des rues du Rocher, Thomas O’Donnell et de la Falaise se sont retrouvés avec une eau contaminée. Des tests ont été menés par l’entreprise chaque année pour assurer qu’ils aient accès à de l’eau potable pendant la durée de l’enquête. Même que les citoyens avaient l’heure juste et rencontraient les employés de Domtar deux fois par année, afin d’être informés du développement de la situation.

Les travaux à venir au niveau du site d’enfouissement sont en discussion avec le ministère de l’Environnement. Le plan a été présenté à la fin de 2018, et le Ministère devrait faire un retour sur le projet. La priorité de Domtar est d’effectuer le raccordement des citoyens au système d’eau de Windsor.

Secteur du 10E rang et de la route 249?

Depuis 2012, d’autres citoyens de Val-Joli résidant dans le secteur du 10e rang et de la route 249 doivent composer avec une problématique de puits contaminés au benzène. Dans ce cas-ci, le terrain d’une ancienne station-service située à l’angle de la route 249 et du rang 10 a été identifié comme étant la source du problème.

La Ville et surtout les gens touchés espéraient fermement avoir un accès à l’eau potable en 2018, mais le lent déroulement du dossier en a décidé autrement. Le problème qui persiste est l’emplacement du bâtiment de surpresseur, nécessaire à l’alimentation en eau.

« On essaie de modifier ça, mais je peux vous dire que ce n’est pas un dossier facile avec la CPTAQ (Commission de protection du territoire agricole). Ça avance à pas de tortue. Là on est dans un bout où ça recule », explique le maire de Val-Joli Roland Camiré.

Il se dit d’ailleurs « découragé » de l’évolution des démarches, et espère « de tout cœur » résoudre le problème en 2019.

« J’espérais qu’on puisse aller en appel d’offres après les Fêtes; on est à la mi-mars et ce n’est pas réglé encore. À la municipalité, c’est notre plus gros problème. On essaie toujours de le régler, et il y a toujours quelque chose qui nous arrête. C’est un dossier très frustrant, et le pire c’est qu’il y a du monde qui n’a pas d’eau pendant tout ce temps-là », ajoute le maire Camiré.