Le conseil municipal d’East Angus s’oppose à l’application du registre des armes à feu du gouvernement du Québec, comme l’avait fait celui du canton de Potton, jugeant que l’argent des contribuables devrait être utilisé pour perfectionner le système d’éducation et de la santé avant tout.

East Angus s'oppose à son tour au registre des armes à feu

Le conseil municipal d’East Angus s’oppose à l’application du registre des armes à feu du gouvernement du Québec, comme l’avait fait celui du canton de Potton, jugeant que l’argent des contribuables devrait être utilisé pour perfectionner le système d’éducation et de la santé avant tout.

Les membres du conseil municipal ont adopté au cours de la fin de semaine leur position sur cet enjeu qui fait couler beaucoup d’encre, se joignant à la liste grandissante de municipalités s’opposant au registre.

À lire aussi: Potton s'oppose au registre des armes à feu

Bélanger n’entend pas reculer sur le registre des armes

« Après avoir débattu du sujet, on s’oppose catégoriquement à l’application du registre des armes à feu. On se dit que quand on regarde la situation à l’échelle de la province, on a des besoins beaucoup plus criants dans le domaine de la santé et dans nos écoles », explique la mairesse Lyne Boulanger.

« On croit que l’argent des contribuables devrait être utilisé pour donner de meilleurs soins à nos aînés et à nos malades. »

La première magistrate soulève des inquiétudes quant à un éventuel dépassement astronomique des coûts, ce qui s’était produit au cours de la vingtaine d’années durant lesquelles gouvernement fédéral a tenté de mettre en place un registre. Estimé à 2 millions $ initialement, l’implantation du programme a atteint des coûts de 2 milliards $ dix ans plus tard.

« Tout d’abord, ça prend déjà un permis pour acquérir une arme à feu au Canada, donc un effort concret est déjà fait pour limiter la possession et surveiller les propriétaires. Ce n’est pas n’importe qui qui peut en acheter une », fait-elle valoir. « À un moment donné, il faut arrêter de dépenser de l’argent pour rien, surtout quand on se souvient à quel point le registre des armes à feu du fédéral avait dépassé exponentiellement son budget initial. On doit apprendre de nos erreurs du passé pour éviter d’autres dépenses inutiles. »

Position unanime

Le conseil municipal s’est penché sur la question après que de nombreux citoyens aient demandé à la municipalité de suivre l’exemple du canton de Potton. Après avoir délibéré entre eux, les membres du conseil ont décidé d’appuyer la demande citoyenne à l’unanimité.

« Tous les conseillers et conseillères étaient d’accord à ce qu’on prenne cette position sur le sujet. Des citoyens nous ont approchés et on fait valoir leur point de vue sur la situation. N’étant pas chasseurs, on s’est penchés sur le dossier et on a compris leurs arguments », relate la mairesse. « En tant qu’élus, on est la voix de nos citoyens, donc on a décidé de prendre position. »

« On espère que d’autres municipalités vont nous suivre dans cette direction. Il y a tellement de gaspillage de fonds publics qui se fait actuellement et on ne veut pas voir cette somme augmenter. Mettons plutôt cet argent dans notre système de santé et dans nos écoles, qui ont tellement besoin d’investissements et qui donnent des résultats plus concrets à l’ensemble de la population », conclut Mme Boulanger.