Maurais Automobiles a prêté cinq voitures au IGA et une au Jean Coutu de Coaticook.

Du renfort pour le IGA de Coaticook

Grâce à près de 40 nouveaux employés et au prêt de cinq véhicules, gracieuseté de Maurais Automobiles, le IGA de Coaticook pourra assurer son service de livraison de East Hereford à Waterville.

Le nombre de demandes de livraison a explosé ces derniers jours à cause de la crise de la COVID-19. « En une journée, on fait le même nombre de commandes qu’on faisait en un mois. C’est compréhensible, la population est invitée à être isolée le plus possible. [...] Avant, j’avais trois personnes qui s’occupaient du commerce en ligne, maintenant, j’en ai 40, car des employés ont été engagés jeudi et vendredi », se réjouit Dominic Arsenault, propriétaire du IGA de Coaticook.

En plus de la main-d’œuvre, le IGA a pu faire appel à Maurais Automobiles, qui a accepté de prêter des voitures. « Les propriétaires ont tout fait et se sont occupés de tout pour nous fournir cinq véhicules pour qu’on puisse desservir le plus grand nombre de personnes possible dans la MRC », souligne M. Arsenault en entrevue téléphonique avec La Tribune, samedi.

Des mesures sont prises par les employés qui effectuent les livraisons. « On se lave les mains avant d’aller chez chaque client. On accepte seulement le paiement en ligne pour les commandes, qu’on dépose sur les galeries des gens », explique le propriétaire de l’épicerie, ajoutant que des frais de livraisons entre 5 et 10 $ sont facturés, selon le lieu de résidence des clients.

Solidarité

Le propriétaire de Maurais Automobiles, Justin Maurais, assure qu’il a posé ce geste par pure gentillesse. « On veut aider la communauté à passer au travers du coronavirus; nous avons une petite ville. C’est un geste d’entraide », confirme-t-il.

M. Maurais et son partenaire Martin Hamel ont donc décidé de prêter des véhicules usagés destinés à la vente. Une voiture a également été prêtée à la pharmacie Jean Coutu, voisine du IGA.

« J’aimerais que les autres concessionnaires embarquent dans la vague, demande M. Maurais. C’est important que tout le monde s’entraide. Les temps ne seront pas faciles, il faut s’encourager entre nous. »

Quel est le bénéfice pour ce concessionnaire Ford? « Il n’y en a aucun. On a prêté les véhicules, les plaques et les assurances. C’est pour dépanner, à nos frais. Ils paient leur essence et s’il y a un bris, ils devront le dédommager », assure M. Maurais, qui n’a pas déterminé combien de temps il prêterait les autos.

« Si ça dure un an, on va s’ajuster! Mais pour l’instant, il n’y a pas de date prédéterminée », précise-t-il.

Cependant, cette action lui vaudra un peu de publicité. « Ça s’est fait vite, donc les véhicules envoyés au IGA n’étaient pas lettrés. On a fait faire des collants magnétiques de Maurais, donc on va aller les installer sur les véhicules pour montrer que c’est de notre entreprise. On ne fait pas ça pour la publicité, c’est pour aider Dominic Arsenault », résume M. Maurais.