En mars 2016, les frères Denis et Jean-Guy Fréchette ont sombré dans les eaux du lac Magog à un endroit où la glace était très mince.

Double noyade : la glace trop mince a piégé les frères Fréchette

La dernière excursion de pêche de la saison en mars 2016 se sera avérée fatale pour les frères Denis et Jean-Guy Fréchette, qui ont sombré dans les eaux du lac Magog à un endroit où la glace était très mince.

Dans son rapport d’investigation rendu public vendredi, la coroner Me Pascale Descary estime que les deux pêcheurs aguerris ont pris des « risques importants » à s’aventurer sur la glace sans dispositif de flottaison sur leur VTT.

Lire aussi: Double noyade au lac Magog: deux frères de Sherbrooke périssent

Elle note que l’accident est survenu tard en saison alors que les températures clémentes avaient assurément fragilisé la glace.

« Ces deux malheureux décès étaient assurément évitables si les précautions minimales de sécurité avaient été prises », estime la coroner.

L’accident est survenu le 13 mars 2016 en face de Sainte-Catherine-de-Hatley.

Il faisait 6 degrés Celsius et le temps était ensoleillé lorsqu’ils ont sombré dans les eaux du lac.

Ils se trouvaient à environ 65 mètres de la rive lorsque leur VTT s’est englouti dans les eaux glacées du lac.

« Il est ressorti de l’investigation que les deux frères Fréchette ont circulé dans une zone du lac où la glace ne mesurait qu’entre 2,5 cm et 3,8 cm d’épaisseur (un pouce à un pouce et demi) », note la coroner.

Jean-Guy et Denis Fréchette ont tout tenté pour se maintenir à la surface.

Un citoyen du chemin du Lac, interpellé par les cris à l’aide, est intervenu pour tenter de leur porter secours.

Lui aussi a sombré dans les eaux du lac, la glace cédant sous son poids. Ce dernier a été secouru.

« Le voisin qui a tenté de secourir les frères Fréchette habite à cet endroit depuis 45 ans. Il a qualifié le lac de très dangereux, tant l’été pour ses changements de direction de vent soudains, que l’hiver, pour le courant de la rivière et les zones chaudes du lac qui font des victimes », relève la coroner Descary.

Les pompiers de North Hatley, ceux de Magog et les agents de la Régie de police Memphrémagog n’ont pas réussi à sortir Denis et Jean-Guy Fréchette à temps des eaux du lac Magog.

Leur décès a été constaté à l’hôpital. La coroner souligne le travail des équipes de secours qui ont tout mis en œuvre dans des délais courts pour tenter de sauver les frères Fréchette. La coroner conclut à deux décès accidentels par noyade.