Domtar veut notamment accroître la consommation de bois de qualité inférieure à son usine de Windsor.

Domtar : une modernisation qui se précise

La direction de Domtar à Windsor veut accroître sa consommation de bois de qualité inférieure. Une étude en ce sens et un projet de modernisation ont été élaborés.

Le projet de modernisation du secteur de la cour à bois totalise près de 37 millions $, un investissement qui avait été annoncé plus tôt cette année. Celui-ci consiste notamment à mettre en place une chaîne de transformation du « bois rond multilongueur de quatre à 26 pieds ».

La démarche permettra à l’usine d’augmenter sa consommation de bois de trituration en provenance du Québec de 200 000 mètres cubes par année d’ici à 2022, de sécuriser à long terme son approvisionnement en fibres, de réduire son empreinte environnementale et de préserver de nombreux emplois.

Ces projets s’inscrivent au cœur même d’une stratégie visant l’amélioration de la compétitivité de l’entreprise.

Le gouvernement du Québec alloue, dans le cadre du Programme Innovation Bois, une somme totale de 1 075 000 $ à Domtar.

Le gouvernement du Québec participe également, à hauteur de 75 000 $, au financement d’une étude de préfaisabilité évaluée à 140 000 $ pour l’implantation d’une bioraffinerie sur le site de l’usine à Windsor.

L’investissement de Domtar s’inscrit en droite ligne avec les orientations du Forum Innovation Bois et du Plan de travail Innovation Bois, annonce le gouvernement québécois. Parmi les grands enjeux de l’industrie des produits forestiers alors établis, la modernisation des équipements représente un élément clé pour accroître la rentabilité et l’efficience des usines.

« Je suis convaincu que les visées de Domtar pour son usine de Windsor auront des répercussions positives sur ses performances, mais également sur l’ensemble de l’industrie », affirme Luc Blanchette, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, dans un communiqué de presse.

« La filière québécoise des produits forestiers doit continuer de se renforcer pour être en mesure de relever les importants défis d’aujourd’hui et de demain. »

Pour Karine Vallières, députée de Richmond, des initiatives « comme celles que nous appuyons aujourd’hui sont à la fois le reflet du dynamisme de notre région et du leadership qui règne au sein même de l’industrie ».

Rappelons que le président et chef de la direction de Domtar Corporation, John D. Williams, confirmait en avril la construction du bioparc à Windsor à la suite de son discours prononcé devant les membres du Cercle canadien de Montréal. Il ajoutait qu’il y avait quelque chose à développer autour des biomatériaux avec l’entreprise CelluForce située sur les terrains de l’usine de Windsor et dont fait partie Domtar.