On voit ici le plan des infrastructures d’hébertisme Divertigo, dont l’implantation était envisagée à l’origine à Magog. Si tout se déroule comme prévu, l’ouverture devrait avoir lieu à Bromont en mai 2019.

Divertigo repousse son projet d’un an

L’implantation des modules d’hébertisme urbain de Divertigo n’aura pas lieu en 2018 comme prévu sur le site de Bromont, montagne d’expériences. Le promoteur derrière l’initiative, Marco Patry, prévoit plutôt démarrer les activités l’été suivant et envisage de bonifier le projet.

Après un blitz de négociations avec plusieurs municipalités pour accueillir son projet, notamment Bromont, Granby et Coaticook, Marco Patry avait gagné son pari en officialisant le site de Divertigo avant la fin septembre 2017. L’homme d’affaires avait alors misé sur les atouts de Bromont, montagne d’expériences. Or, le promoteur a soutenu que des contraintes logistiques ont contrecarré ses plans. « C’est fou dans des projets comme [Divertigo] comment on peut être à la merci de choses qui sont hors de notre contrôle. Maudite année électorale. Tout était arrêté. Il n’y avait plus de décisions [du conseil municipal] qui se prenaient. J’avais une fenêtre d’opportunité et je l’ai ratée à cause de ça », a-t-il fait valoir.

De son côté, le vice-président de la station de montagne, Claude Péloquin, a tenu des propos plus nuancés.

« Les demandes [de permis] n’ont pas encore été faites auprès de la Ville, a-t-il précisé. L’agenda faisait en sorte que le permis aurait pu être délivré en décembre. [...] On a convenu [avec M. Patry] que la [requête] allait être faite au printemps pour commencer les travaux après la saison du parc aquatique. L’ouverture est prévue en mai 2019. [...] Je pense que c’est une sage décision dans les circonstances. »

M. Péloquin dit par ailleurs avoir été « surpris des délais d’installation » des modules d’hébertisme. « On croyait qu’un mois suffirait. Mais il semble que ça prendra un peu plus de deux mois. »

Valeur ajoutée
Si tout se passe comme prévu, les infrastructures doivent être érigées « dans la montagne près de la piste Victoriaville, dans le secteur Mont Soleil tout près du parc aquatique », a précisé M. Patry. Notons qu’un site d’une superficie de 30 000 pieds carrés (150 pieds sur 200) est nécessaire à l’implantation des modules d’hébertisme.

Bien qu’il soit déçu de devoir repousser d’un an le lancement de son projet à Bromont, dont le budget est estimé à 700 000 $, Marco Patry voit un aspect positif dans la tangente qu’a pris le dossier. « Ça m’a permis de revoir le design des jeux et même possiblement d’en ajouter un nouveau qui serait unique au Québec », a-t-il mentionné, soulignant en ce sens être en négociation avec avec un fournisseur finlandais.

Le promoteur dit poursuivre ses démarches pour faire progresser son projet de longue haleine. « On est en train de finaliser les détails du bail [avec Bromont, montagne d’expériences]. Le financement est presque complété. Ça suit son cours. »