Le futur propriétaire du Club de golf Venise confie que les projets immobiliers qu’il aimerait réaliser sur un des deux terrains du club ne verront pas le jour avant cinq à dix ans.

Développement au club Venise : Gilles Beaucage veut prendre son temps

Pas question pour Gilles Beaucage de brûler les étapes avec le Club de golf Venise. Ainsi, l’homme d’affaires bien connu ne prévoit pas lancer la construction de résidences ou d’un centre congrès sur place avant plusieurs années encore.

« Il ne faut pas penser que je vais faire construire un hôtel et des maisons de ville au Club Venise demain matin, affirme d’entrée de jeu M. Beaucage. Les deux terrains de golf du club vont rester ouverts tous les deux pendant quelques années de plus. »

Lire aussi: Magog prête à collaborer avec Beaucage

Le futur propriétaire du Club de golf Venise confie que les projets immobiliers qu’il aimerait réaliser sur un des deux terrains du club ne verront pas le jour avant cinq à dix ans. Il sait qu’il devra discuter avec les villes de Magog et Sherbrooke avant d’entreprendre toute construction d’envergure. Et il souhaite visiblement cheminer à une vitesse modérée, question de ne rien laisser au hasard.

« La question du zonage des terrains et de ce qui est permis ou pas sur ceux-ci n’est pas importante pour moi présentement, indique Gilles Beaucage. En fin de compte, ce sera aux villes de voir ce qu’elles veulent, en prenant en considération les taxes supplémentaires qu’elles pourraient percevoir. Je m’assoirai aussi avec les résidents du secteur, si c’est nécessaire. »

Rappelons à ce sujet que les résidents du secteur Venise ont récemment bloqué un projet de camping de luxe qui devait être aménagé sur un des deux terrains de golf du club. Ils craignaient notamment que leur quiétude soit troublée.

Projet à définir

Lorsqu’on demande à M. Beaucage combien d’unités d’habitation seraient construites, il affirme qu’il l’ignore. « Ce ne sera pas 5000 chambres, ça je peux vous le dire. Je ne suis pas rendu à analyser ce type de chose. Il faut se souvenir qu’on parle de terrains en campagne alors il ne faudrait pas exagérer la grosseur du projet de centre de congrès. »

Gilles Beaucage aura la possibilité de concrétiser ses projets immobiliers à Sherbrooke ou à Magog puisque le Club de golf Venise se trouve à cheval sur la frontière entre les deux municipalités. Il pense que la portion sherbrookoise du club est davantage propice à la réalisation de ses projets, mais n’exclut pas de les réaliser en sol magogois.

« La capacité en eau potable est un élément dont j’aurai à tenir compte, c’est évident. À la fin, je choisirai le côté où ça marchera. Mais, pour le moment, c’est surtout du côté de Sherbrooke que je regarde », reconnaît-il.

En ce qui concerne le chemin de Venise, M. Beaucage le juge tout à fait adéquat. « C’est une route carrossable pouvant être refaite au besoin. Elle n’est pas très large, mais il y a des hôtels en Europe qui sont desservis par des chemins plus petits que ça et tout fonctionne bien quand même. »