Des surprises à Magog?

L’élection 2017 à Magog réservera-t-elle des surprises? Difficile de le prévoir pour le moment. Cependant, le taux de participation des électeurs à 16 h, qui n’était que de 38,8 %, tend à démontrer que les Magogois ont eu un intérêt modéré pour la dernière campagne électorale.

Trois candidats sont en lice pour le poste de maire de Magog. La mairesse sortante, Vicki-May Hamm, a bien l’intention de conserver son siège et d’ainsi compléter un troisième mandat à la tête de cette municipalité. Mais Marc Delisle et Johanne Bouchard désirent tous les deux lui succéder.

La course à la mairie aura été peu animée à Magog cette année. Les deux opposants de Mme Hamm n’avaient pas d’expérience véritable en politique municipale et ont eu de la difficulté à imposer leurs thèmes de campagne.

En réalité, les luttes les plus enlevantes ont eu lieu dans certains districts de la municipalité. La présence de deux conseillers sortants sur la ligne de départ, dans le district sept, promettait notamment une bataille intéressante. Jean-Guy Gingras et Nathalie Pelletier s’affrontent dans cette partie de la ville, où un troisième candidat, en l’occurrence Claude Bolduc, espère pour sa part causer la surprise.

La décision de M. Gingras de se présenter dans le même secteur que sa collègue a pu paraître surprenante. On comprend toutefois mieux son choix quand on sait que deux la carte électorale de la Ville Magog a été révisée, au cours des dernières années, et que le nombre de districts de la municipalité est passé de 10 à huit.

Enfin, l’ex-conseiller municipal Michel Bombardier tente un retour en politique après une pause de quatre ans, attribuable à sa défaite contre Vicki-May Hamm en 2013. Il a pour adversaire Samuel Côté, qui est le fils d’un conseiller municipal sortant.